Une union peu commune a été célébrée samedi 5 octobre au refuge animalier SPA d’Orgeval : celle de Bobby, un chien de race Yorkshire de sept ans ayant été retiré à ses propriétaires pour cause de mauvais traitements, et d’Iris Le Gallou, une femme de 76 ans résidant à Louveciennes et dont sa chienne de race Yorkshire, Perle, est décédée sept mois auparavant. Cette rencontre n’aurait probablement jamais vu le jour sans le dispositif famille senior qui a officiellement été signé le 5 octobre en marge de l’adoption. Amené à s’étendre à l’échelle nationale, le dispositif est selon le communiqué de presse « en test dans un premier temps au refuge d’Orgeval. » Il permet aux personnes isolées de plus de 65 ans et sélectionnées par les services sociaux des mairies de recueillir un chien ou un chat.

« S’il est aujourd’hui avéré que les animaux ont des bienfaits sur la santé physique et morale des seniors, il apparaît évident de les mettre en relation pour le bien-être de tous, déclare Jacques-Charles Fombonne, président bénévole de la SPA. L’objectif étant de rompre la solitude, d’apporter un certain réconfort et de la joie de vivre à chacun, y compris à nos pensionnaires. » Ce dispositif a pour le moment été signé par les villes de Louveciennes et de Vernouillet. Il invite les médecins de ces communes à le faire connaître et à remonter au centre communal d’action sociale (CCAS) les cas des personnes jugées isolées qui accepteraient d’accueillir un ­animal.

En ce qui concerne le financement, Guillaume Sanchez, directeur général de la SPA, affirme : « Pour les personnes qui n’ont pas les moyens, la SPA couvre la totalité des dépenses en nourriture, en frais vétérinaires et on a eu le plaisir de signer un partenariat avec les communes qui prennent à leur charge 300 euros par animal […]. La commune, elle sait qu’elle accompagne un citoyen et nous on sauve un animal et la personne âgée. Je crois peut-être qu’on lui sauve la vie aussi. »

Les propos d’Iris Le Gallou vont dans ce sens. « Sept mois [c’est] le temps le plus long où je suis restée sans animal, confie-t-elle en parlant des mois qui ont suivis le décès de sa chienne. Je me disais « plus jamais, c’est fini ». J’ai fait de la dépression tellement j’avais du chagrin […] et puis bon, sensible comme je suis, j’ai dit « oui j’adopte » au docteur […] Le docteur m’a dit « d’accord. Je m’en occupe ». » Tandis qu’Iris Le Gallou découvre les yeux embués de larmes son nouveau compagnon, Bobby, elle ajoute : « J’aimerais un tout petit peu connaître son histoire […]. Son histoire maintenant, on va la faire tous les deux. Mais s’il a été malheureux, j’espère qu’il sera heureux avec moi. C’est tout ce que je demande. Qu’on fasse un long chemin tous les deux. »

La SPA d’Orgeval ne déménagera probablement pas

Dans l’édition du 26 septembre 2018, La Gazette révélait que le refuge déménagerait à Evecquemont en raison de la vétusté des locaux et des plaintes du voisinage pour les aboiements. Interrogé en marge de la signature du dispositif famille senior, le directeur général de la SPA, Guillaume Sanchez, est revenu sur cette décision.

« On a fait des travaux pour qu’il y ait beaucoup moins de nuisances pour les voisins […], déclare-t-il. Les chiens auraient déménagé (le projet initial prévoyait cependant aussi un déménagement des chats, Ndlr) […] parce que les chiens sont la cause du bruit en général mais on a fait de très lourds travaux, d’environ 400 000 euros, pour limiter le bruit. Et, à ce titre, on a quasiment plus de plaintes […] On a bon espoir de rester. En tout cas, on espère que nos élus nous soutiennent. »