Sur la passerelle de la gare de Triel-sur-Seine, ce 4 novembre, Jonas Maury (LREM, conduit une liste sans étiquette) lançait, avec son équipe, le coup d’envoi de sa campagne pour les élections municipales 2020. Et déjà, en distribuant ses tracts, le suppléant de Michèle de Vaucouleurs (Modem), députée de la septième circonscription, relève avec les Triellois, les problèmes d’accessibilité de cet espace de la gare. Faire de Triel-sur-Seine une ville sûre et plus attractive à grands coups de projets, voilà ce qu’ambitionne Jonas Maury avec Triel a du talent.

« Sur la sécurité, la ville regrette de nombreuses séries de cambriolages, il y a aussi des soucis de sécurité routière », indique le candidat triellois. Il faut se pencher là-dessus et ça passera vraisemblablement par un renforcement de police ­municipale qui est en sous-effectif. » Il souhaite également travailler sur une police municipale commune avec Vernouillet et ­Verneuil-sur-Seine.

Il avance plusieurs solutions comme la vidéo-verbalisation afin de sanctionner les poids lourds qui traversent illégalement la commune. « Aujourd’hui Triel est une ville qui s’est renfermée sur elle-même, ce que l’on propose, c’est de s’ouvrir et d’utiliser bien mieux ce formidable outil qu’est la ­communauté urbaine ».