Depuis le 31 octobre dernier, les spectateurs du cinéma CGR ont pu découvrir une salle 7 transformée. Ecrans textiles avec effets lumineux pour accompagner le film (appelé Light Vibes, ndlr), son Atmos « plus enveloppant », sièges élargis, placement en salle et projection en 4K sont ainsi proposés afin d’avoir « une expérience immersive complète », s’enthousiasme Robert Laborie, directeur du développement du groupe CGR qui a créé le concept en interne, avec Philips. La salle mantaise est ainsi la 33ème en France à disposer du concept « premium Ice ­(Immersive cinema experience) ».

Deux semaines de travaux ont été menées début septembre, afin de pouvoir projeter durant les vacances scolaires Maléfique II ou Terminator. « La salle Ice à elle seule représente 1,2 million d’euros de travaux, précise Robert Laborie. On désosse, on démonte tout il n’y a plus rien, il faut refaire du gradinage, … » De 177 sièges, la capacité a été réduite à 114. « On voulait créer un environnement, insiste le directeur du développement. […] Réunir dans une même salle, tous les systèmes, toutes les ­installations qui existent. » Avant travaux, la salle 7 disposait déjà de la technologie Light Vibes.

Des salles Imax et 4DX ont bien été ouvertes en décembre 2017 à Conflans-Sainte-Honorine « mais au vu de la distance, de ­l’expérience qu’on propose, je ne pense pas qu’il y ait de concurrence », souligne Guillaume Ligneron, directeur du CGR mantais. Les tarifs proposés pour une séance « premium Ice » sont de « 15 euros en tarif plein, mais uniquement pour les séances du soir », détaille ­Guillaume Ligneron.

« La salle ICE à elle seule représente 1,2 million d’euros de travaux, précise Robert Laborie, directeur du développement chez CGR (à droite). On désosse, on démonte tout il n’y a plus rien, il faut refaire du gradinage, … »

Pour une séance en journée, le tarif plein passera à 11 euros, contre 10,30 euros pour une séance normale. «  Les tickets CE, cartes abonnements sont accessibles dans cette salle avec une majoration de quatre euros, poursuit le directeur du cinéma. Mais cela reste accessible pour se faire de temps en temps une expérience vraiment spéciale pour cette immersion. » Et visiblement, la demande est forte : « On fait de très bons scores, très bons taux de satisfaction, agents d’accueil dédiés pour placer les gens, on n’est pas à du 100 % mais on a déjà fait quelques complets. »

Le CGR ne devrait toutefois comporter qu’une seule salle de ce type. « Il n’y a que neuf salles et on ne veut pas imposer le format […] Dans des cinémas où il y a 15-16 salles, […] le succès étant, on peut se le permettre sans réduire la programmation », précise Robert Laborie, les films diffusés dans la salle « premium Ice » pouvant être également programmés en 2D ou 3D dans une autre salle. À l’année « cela représente environ 25 films par an », diffusés dans ce format ; principalement des blockbusters américains. « Si on n’a pas d’effets spéciaux, si on n’a pas de chose qui se passe dans le film visuellement, c’est un peu compliqué », reconnaît Robert Laborie. Le concept pourrait également servir à la ­retransmission « ­d’opéras ou de concerts ».

La première salle à disposer de cette technologie a été ouverte en septembre 2016 à Blagnac (Haute-Garonne). Le groupe CGR espère maintenant vendre cette licence à d’autres salles indépendantes. « Le concept est prêt à ouvrir à Los Angeles, le 28 novembre au L.A Live, un complexe de divertissement, et le 20 décembre à Riyad en Arabie Saoudite, nous avons aussi un contrat avec le groupe Vox cinema pour ouvrir au Moyen-Orient », commente ­Renaud Laborie.