Sa couleur rose ne passe pas inaperçue. Le 9 novembre, le bus AVC s’est arrêté place Saint-Maclou. L’initiative de l’Agence régionale de santé (ARS) et l’association France AVC Île-de-France bénéficie du soutien des financeurs de la perte d’autonomie du Val d’Oise et des Yvelines pour dépister et sensibiliser gratuitement aux risques d’accidents ­vasculaires cérébraux depuis 2016.

« On voyait des gens qui arrivaient très tardivement à l’hôpital parce qu’ils ne connaissent pas les signes, déclare Marie Blanchère, animatrice de filière avec l’ARS et détachée sur l’hôpital de Poissy. […] C’est pour cela qu’on est venu, pour voir les gens dans leur environnement, pour les sensibiliser ». Selon Marie Coquilleau Le Maréchal, responsable de l’association France AVC Île-de-France 78, l’explique par le fait que « les AVC sont la troisième cause de mortalité […] » dans la région.

Pour Marie Blanchère, la communication en amont est à l’origine du succès rencontré par le bus AVC en ville. Plusieurs personnes ignoraient pourtant sa venue comme Anouk, une commerciale de 34 ans : « Je suis passée devant par hasard. C’est important donc je suis venue faire un ­dépistage et me renseigner […] ».