La nouvelle a été accueillie avec satisfaction. Mercredi 20 novembre, à l’occasion du congrès de l’Association des maires de France, 500 communes ont reçu le label Terres de jeux, label attribué dans le cadre de l’organisation des Jeux Olympiques à Paris en 2024.

En vallée de Seine, la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise (GPSEO) ainsi que quatre villes font partie de cette première promotion : Buchelay, Gargenville, Poissy et Villennes-sur-Seine. Ce label récompense leur politique sportive, mais leur permet également d’être retenues pour recevoir les entraînements de délégations étrangères.

« Comme on est déjà labellisés Ville active et sportive, on a souhaité prolonger ce label, note de sa participation le maire gargenvillois Jean Lemaire (SE). […] C’était une chose importante pour nous au regard des nombreuses infrastructures de la commune et de savoir qu’un habitant sur deux de la commune pratique une activité sur la ville. » En contrepartie, la ville devra organiser pendant quatre ans des activités en lien autour des JO, notamment avec les écoles et les accueils périscolaires.

Mais l’autre pendant est l’accueil de délégations étrangères. « Cet été, les équipes participant aux Jeux de Tokyo recevront un livret listant les lieux où venir s’entraîner », détaille Jean Lemaire. La commune a misé sur deux disciplines, le badminton et le tir à l’arc. « Il y a un cahier des charges très précis, notamment sur les entraînements à huis clos, précise l’édile. Mais dans l’idéal il faut qu’il y ait ce rapprochement délégation-population, on va effectivement en parler pour que ce soit une réussite. »

La satisfaction est également de mise chez son homologue villennois Michel Pons (DVD), dont la commune a aussi le label Ville active et sportive. « Nous avons des équipements assez importants pour notre commune, nous faisons des investissements réguliers à destination des clubs, c’est une reconnaissance supplémentaire », sourit-il.

L’élu compte notamment sur la mise à disposition de terrains synthétiques mais également d’un mur d’escalade. « Nous avons aussi misé sur l’accès facile par les autoroutes A13 et A14 », poursuit ­Michel Pons.

Dans un communiqué de presse, le maire de Poissy Karl Olive (DVD), s’est aussi félicité de la nouvelle : « Pour Poissy, une telle démarche relève de l’évidence, le sport étant l’un des axes forts de la politique municipale. C’est aussi la reconnaissance de la qualité du travail de nos agents […] mais aussi de la qualité de nos installations ­sportives. »

La Ville souligne ainsi la mise en place, depuis septembre 2019, de classes à horaires aménagés sportives au lycée Le Corbusier, ou la mise en service de city-stades et plateaux de street-workout dans les quartiers de Beauregard, Saint-Exupéry et La Coudraie.

Elle a aussi été retenue pour l’installation, d’ici septembre 2021, d’un pôle national dédié à l’arbitrage, à proximité du complexe sportif Marcel Cerdan, ainsi que le révélait La Gazette en mars dernier. Porté avec l’aide de la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise, ce complexe devrait accueillir logements pour les arbitres et structure de restauration, locaux dédiés aux formations, équipements sportifs de haut niveau, stade et gymnase. Il pourrait aussi accueillir les volontaires des Jeux olympiques parisiens pour venir s’y préparer.