Le manque d’argent commencerait à se faire sentir chez les cheminots grévistes. Le message était explicite durant la conférence de presse de l’assemblée de lutte du Mantois qui s’est tenue le 2 janvier devant une quarantaine de personnes au siège de l’union locale de la CGT de la région Mantaise à Mantes-la-Ville.

« Même si on est des « privilégiés », on perd quand même un mois de salaire, déclare le cheminot Mantais et délégué Sud Rail, Éric Bezou. On a fait une croix sur nos fêtes de fin d’année. Mais, voilà, c’est quand même un sacrifice qu’il convient d’aider au maximum. »

Pour cela, un pot commun aurait été mis en place par l’assemblée de lutte du Mantois. Sa valeur est estimée à environ « 3 500 euros ». Le 5 janvier, à l’occasion de la date anniversaire du mois de grève initiée en décembre, un événement festif était organisé par l’assemblée de lutte du Mantois à l’espace Christiane Faure, à Limay. Selon le tract distribué à la population, l’événement se voulait solidaire pour apporter un « soutien moral et financier » aux cheminots grévistes. Un moyen selon plusieurs membres de l’assemblée de lutte du Mantois de poursuivre la lutte d’une « manière plus sereine ».