Alors que le chantier Eole, prolongement du RER E à l’Ouest jusqu’à Mantes-la-Jolie continue dans les neuf pôles gares (voir ci-dessus), le club Eole, structure rassemblant entrepreneurs, associatifs et collectivités de vallée de Seine réfléchit à son intégration et ses usages au sein de la vallée de Seine sous toutes ses formes.

Fin novembre, la commission culture tourisme et loisirs s’est réunie afin d’évoquer la possibilité de créer des départs de randonnées au sein des neuf futurs pôles gares. Pour le comité départemental de randonné pédestre, certaines liaisons de gares à gares sont déjà existantes et complètes, mais reste à en améliorer la communication en amont de l’arrivée du RER E prévue pour décembre 2024.

« Les randonneurs de Paris et de la petite banlieue font souvent du gare à gare, il y a trois GR (sentiers de grande randonnée, Ndlr) qui font le tour de Paris, souligne Jean-Paul Jardel, responsable édition du comité yvelinois, de la pertinence de ces randonnées en Île-de-France. Par exemple le GR 1, d’une gare à l’autre, c’est une vingtaine de km, c’est faisable dans la journée. »

En vallée de Seine, il a ainsi recensé « 21 itinéraires de gares à gares existants » entre les secteurs de Poissy et Mantes-la-Jolie et « dix pour lesquels il n’y a pas besoin de faire plus », comme un parcours de 16,5 km empruntant le GR 26 arrivant et repartant de la gare d’Epône-Mézières. Mais pour d’autres sentiers, il est toutefois nécessaire de raccorder la gare des Clairières de Verneuil à Chapet avec un tronçon sécurisé et balisé pour élargir les possibilités. « Cela nous ferait sept itinéraires en plus », affirme Jean-Paul Jardel.

Une fonctionnaire du service qualité de vie et développement durable au Département, ajoute du travail de réflexion mené au sein de la collectivité : « Le Département a voté en 2012 un plan Yvelines-Seine destiné à développer sur de nombreux volets […]. [Sur le plan touristique] c’était développer les circulations douces sur les 100 km de Seine […] et faire une continuité des Hauts-de-Seine jusqu’à l’Eure. […] J’ai proposé au comité départemental de faire de cet itinéraire un itinéraire de grande randonnée de pays […] avec une visibilité,[…], en s’appuyant sur les voies de chemin de fer pour ceux qui ne veulent faire que des portions de gare à gare. »

Ce sont ces portions que le club Eole souhaite justement valoriser. « L’idée c’est qu’on comprenne comment ça fonctionne et qu’on aide à promouvoir ça en mettant la SNCF dans la boucle, souligne Alexis, l’animateur de la soirée et membre du club. Comment on peut mieux les faire connaître vers les habitants du territoire, les associations et puis peut-être aussi les enrichir, […] trouver des points d’accroche ? »

Tous s’accordent toutefois sur un point, la communication devra être importante et réalisée en amont. « L’objectif serait une mise en place en deux ans », souffle un membre du comité départemental de randonnée. « C’est en communiquant tout doucement qu’en 2024, il y aura un début de circuit pédestre, fait remarquer François, entrepreneur membre du club Eole. Peut-être qu’en 2025 les gens qui auront fait le premier pas ­commenceront à communiquer à leurs amis, et peut-être qu’en 2027, 2028, au lieu d’avoir 4 000 marcheurs on en aura 6 000 ou 10 000. »

La dizaine de présents est également tombée d’accord sur le rôle à venir et à jouer de la SNCF (son représentant était absent, Ndlr) dans la réussite de cette opération. « S’il y a une ébauche de protocole avec la SNCF ça nous intéresse, indique-t-on au comité. Il faudrait avoir un panneau quand on a des circuits de gares à gares, à la sortie de la gare indiquant qu’il y a un circuit existant. »