Devant une soixantaine de personnes, majoritairement des militants écologistes, Amitis Messdaghi (EELV), élue d’opposition et tête de liste du Printemps pour Mantes-la-Ville, a présenté les conclusions d’une enquête-vidéo interrogeant les Mantevillois sur leur ressenti. « Nous avons des idées à proposer à la ville, mais on veut les confronter à l’avis des Mantevillois pour avoir des projets co-écrits et participatifs », détaille-t-elle de la démarche ce mardi 7 janvier.

Des réponses, elle analyse : « Ce qui est beaucoup ressorti c’est le transport, la convivialité qui manque, la ville-dortoir, l’absence de vie. Rien n’a changé, les gens décrivent aussi une aggravation. […] Beaucoup de gens ont fait ce constat que ­Mantes-la-Ville est dans l’ombre de ses ­voisines. »

Un questionnaire a également été remis au public présent. « Notre questionnaire nous permettra de voir si ce qui est sorti là, et notre projet sont en accord », précise Amitis Messdaghi. S’adressant aux présents, elle insiste : « Il est important que les habitants prennent ces projets à cœur, sans vous c’est compliqué, il faut ­vraiment investir le monde ­politique. »