Il y avait un côté deux salles, deux ambiances dans le centre-ville mantais ce samedi 1er février dans la course aux municipales et ces deux opérations de comunication. Place Saint-Jacques, le maire sortant Raphaël Cognet (LR) a présenté quelques colistiers, dont trois Marcheurs mantais historiques. A quelques dizaines de mètres de là, rue Henri Rivière, le lancement de la campagne de David Stéfanelly (PS), tête de liste de Rassemblement Mantes avenir, regroupant également LREM et Modem a été perturbé.

La venue du secrétaire d’État auprès de la ministre de la santé, Adrien Taquet (LREM) et des députés Bruno Millienne (Modem) et Aurore Bergé (LREM) ayant été annoncée sur les réseaux sociaux, plusieurs membres de l’Assemblée de lutte du Mantois, Gilets jaunes et citoyens, opposés à la réforme des retraites et la politique du gouvernement, se sont invités. La tête de liste a finalement pu présenter les grandes lignes de son programme.

Aliou Gassama et Edwige Hervieux, adhèrent « aux valeurs et aux projets portés » par le maire sortant.

Le calme était plutôt donc de mise à la permanence de Raphaël Cognet, entouré de six de ses nouveaux colistiers. Parmi eux, trois sont issus de la République en marche et appartiennent au mouvement depuis 2016 et 2017. Aliou Gassama et Edwige Hervieux s’étaient positionnés pour recevoir l’investiture LREM dans le cadre des municipales. Soutien qui a finalement été accordé à David Stefanelly.

Tous deux adhèrent « aux valeurs et aux projets portés » par le maire sortant. « J’ai vu en Raphaël un maire jeune, qui a de l’ambition, on l’a sollicité, il nous a tendu la main », souligne Aliou Gassama. Autre prise du maire sortant, Alsin Kololo-Yanfu, membre des Jeunes avec Macron 78, en charge notamment des questions de la jeunesse, de l’éducation et du sport. Tous les trois « restent macronistes ».

Parmi les nouveaux colistiers, on trouve également Louise Mélotto, étudiante encartée chez Les Républicains et Christelle Dubois, présidente de l’association des parents d’élèves de l’école Notre-Dame et travaillant à la SNCF complètent le tableau. Si le député Michel Vialay (LR) et le président du Département Pierre Bédier (LR), figureront aussi sur la liste, certains adjoints actuels ne seront pas de la partie. « Certains vont repartir à mes côtés. Certains souhaitent repartir, mais je vais devoir leur annoncer qu’ils ne seront pas sur la liste », ajoute-t-il.

Pour sa part, David Stefanelly indique « être le candidat du changement et du renouveau » et propose notamment la création d’un conseil municipal des jeunes, le renforcement des structures de soutien scolaire.

Rue Henri-Rivière, parlementaire et secrétaire d’État sont venus prêter main forte au lancement de la liste rassemblant le conseiller municipal d’opposition David Stefanelly, Michel Merelle (Modem), Khadija Moudnib (LREM) et Bernard Méry (UDI). « Au moins notre lancement fait le buzz », sourit Khadija Moudnib, avant d’évoquer les revendications des manifestants avec lesquels elle a échangé : « Nous connaissons leurs difficultés. »

Pour sa part, David Stefanelly indique « être le candidat du changement et du renouveau » et propose notamment la création d’un conseil municipal des jeunes, le renforcement des structures de soutien scolaire « pour valoriser la parentalité, favoriser les apprentissages et lutter contre le décrochage scolaire ». Enthousiaste face au programme, le secrétaire d’État Adrien Taquet a indiqué vouloir « faire de Mantes un véritable laboratoire de cette politique publique ». La députée de la dixième circonscription, Aurore Bergé, a elle appelé « à un véritable renouvellement » de la politique locale ­yvelinoise.