« Il y a deux catégories de marcheurs à Mantes-la-Ville, ceux qui soutiennent Eric Visintainer et ceux dont l’investissement était total pour monter un programme. » L’ancien adjoint socialiste Alain Le Cam, membre du comité d’En marche mantevillois, analyse la scission qui s’est produite autour de la décision de la commission nationale d’investiture LREM de soutenir Sami Damergy et l’Union pour Mantes-la-Ville (voir notre ­édition du 5 février).

Une majorité de l’équipe de Christophe Desjardins a suivi la consigne du national et s’est rangée derrière Sami Damergy. « Il est toujours derrière nous, il nous soutient », insiste Maïmouna Soumaré, marcheuse depuis quatre ans, à propos du candidat qui avait choisi de se retirer (voir notre ­édition du 29 janvier).

Tous deux seront des colistiers de Sami Damergy, même si leur position sur la liste n’a pas encore été définie. « La liste n’est pas encore figée, note Sami Damergy. On a déjà entendu le travail qui a été fait par rapport à l’enfance, on a des ­programmes qui se rejoignent. »