La municipalité avait cru dans un premier temps à un acte de malveillance et avait fait part de son indignation sur Twitter le mercredi 5 février. Mais finalement, seule l’usure du temps est ­responsable de la dégradation et l’érosion des bras du monument aux morts de la batellerie érigé en 1924 au Pointil, au confluent de la Seine et de l’Oise.

La chute des bras du monument serait vraisemblablement due aux « infiltrations d’eau successives », détaille le maire conflanais Laurent Brosse (DVD). « Les premiers retours qu’on a, c’est que sur la structure en elle-même, il n’y a pas de soucis, c’étaient vraiment les bras qui dépassaient [qui sont touchés] », ­précise l’édile de l’état général.

La municipalité avait fait une demande de classement récente, au titre des monuments historiques. « mais ça risque d’être compromis », reconnaît Laurent Brosse. Le premier magistrat insiste cependant, une reconstruction est prévue : « On va voir avec la Fondation du patrimoine et le conseil départemental s’ils peuvent nous aider à la reconstruction. C’est hyper important, notamment pour les bateliers, c’est un monument aux morts en hommage aux morts pour la France pour les bateliers. »