Le projet n’est pas récent. Tandis que la veille foncière consistant à recenser l’ensemble des terrains permettant des constructions immobilières a débuté il y a huit ans, l’idée de construire environ 300 logements dans le quartier des Sablons est apparue en 2015. Elle suscite le débat entre le maire actuel, Hugues Ribault (DVD) et l’élu d’opposition du groupe Andrésy énergies renouvelées et candidat aux municipales, Lionel Wastl (DVG).

Bien qu’aucun d’eux ne soit formellement opposé au projet de nouveaux logements pour répondre à la demande du gouvernement en matière d’urbanisme, Lionel Wastl regrette le manque de concertation auprès des habitants, prône la construction d’un « écoquartier concerté » avec la population, et souhaite limiter la ­densification dans la zone.

« On est opposé au processus décisionnel qui est en train d’être réalisé, à savoir que c’est un gros projet immobilier qui va avoir d’énormes conséquences sur la ville et sur le quartier, regrette Lionel Wastl lors d’une visite des Sablons le 10 janvier. Ce projet actuellement n’est pas construit avec la population, les associations [et] les riverains. Il n’est pas construit non plus avec les élus du conseil municipal. Il est construit dans le bureau du maire, avec peut-être un maire adjoint, on ne sait même pas, et avec un ­aménageur […]. C’est cela qui nous dérange. »

Interrogé à ce sujet en marge du conseil municipal du 22 janvier, le son de cloche du maire actuel est différent. « Avant de concerter, il faut travailler, insiste Hugues Ribault. Il faut que nous-même fassions des études. Il n’y a pas de projet définitif pour le moment […]. On a des potentiels de création de logements et on a des promoteurs qui commencent à travailler dessus sans toutefois savoir tout le foncier qu’ils vont avoir [car certaines entreprises présentes sur le site pourraient ne pas fermer]. Donc, voilà, on n’est pas à un stade où on peut dire aux Andrésiens qu’on a tel projet. On n’en est pas là. »

Les ventes d’habitations ont pourtant déjà commencé. Une visite du quartier permet de constater que plusieurs maisons autour du supermarché Casino, situé 4 rue de Triel, sont désormais closes. L’entreprise ne devrait quant à elle pas être affectée par le projet urbanistique. Alors que Lionel Wastl demande à ce que ce programme de construction soit mis en veille jusqu’aux prochaines élections municipales afin que le prochain élu puisse librement réfléchir à l’architecture souhaitée dans ce quartier, le maire actuel déclare toutefois que le lieu n’a pas été choisi aléatoirement.

« Très honnêtement, c’est un quartier qui est très moche à part le Casino […], déclare l’édile. On est en bordure de la D55 donc on est vraiment dans un endroit d’entrée de ville […]. On n’est pas dans le cœur de ville. On est vraiment sur une zone « largement constructible ». On est sur une zone d’avenir qu’on avait déterminée dans notre contractualisation avec l’établissement public foncier d’Île-de-France en charge de l’acquisition des terrains pour les futurs projets immobiliers. Si celui des Sablons venait à ne pas voir le jour, la municipalité devrait alors rembourser les terrains achetés par l’établissement foncier du ­département. »