La culture africaine à l’honneur. Dimanche 1er mars, à 14 h 30, les musiciens professionnels Jean-Christophe Bénic et Michel Weelen organisent, en partenariat avec le conservatoire à rayonnement communal d’Achères, un après-midi au Sax dédiée à l’Afrique de l’Ouest. Elle s’intitule Djembé session. Comme son nom le suggère, il sera donc possible pour les participants de s’initier à la pratique du djembé. Des ateliers de danses africaines sont aussi planifiés.

D’après le site internet dédié au djembé, kangaba.com, l’étymologie de cet instrument de percussion provient d’une déformation du mot « dimmé » qui signifie « tambour » en langue soninké. Ce langage est particulièrement parlé au Mali. Or, c’est précisément dans ce pays, « de part et d’autres de la frontière qui sépare le Mali de la Guinée » que le djembé serait apparu. Selon les spécialistes en histoire de la musique, son origine serait datée aux alentours du XIIIe siècle. Il s’est ensuite progressivement répandu en Afrique de l’Ouest.

Il faudra néanmoins attendre les années 1950 pour que cet instrument de percussion s’exporte hors d’Afrique. Selon le site internet du graphiste et photographe reporter, Olivier Lenoble, ruedelunion.com, le djembé s’est particulièrement développé en France dans les années 1980, période marquée par l’engouement envers les « artistes de l’Afrique de l’Ouest, Youssou N’Dour ou Mory Kante » dont les musiques utilisent du djembé.

Outre la pratique du djembé, dans laquelle aussi bien les débutants que les confirmés sont conviés, les volontaires pourront également s’initier ou se perfectionner en danses africaines puisque des « danseurs professionnels » seront présents pour leur apprendre quelques pas.

La danse et la pratique du djembé ne seront cependant pas les uniques animations proposées. En effet, avant cela, un repas traditionnel malien est proposé aux participants afin qu’ils puissent s’imprégner encore davantage de la culture africaine. Il aura lieu dans le hall ­d’entrée du Sax à partir de 13 h.

Pour participer à la Djembé session, l’entrée est gratuite. Les places sont toutefois limitées. Par conséquent, les réservations sont donc indispensables. Pour cela, les intéressés peuvent s’inscrire par téléphone au 01 39 11 86 21 ou via le site internet du Sax. Bien que l’entrée soit gratuite, la réservation se fait malgré tout par le biais de la billetterie en ligne à l’adresse bit.ly/billetteriedusax.

Crédits photo : Le Sax