Le Nouvel an chinois avait été annulé samedi 7 février par mesure de précaution. Mais en cette fin du mois de février, la présidente de l’association Mantes Chine dialogue, Jiamei Lochon est maintenant « rassurée » de l’impact du coronavirus Covid-19 s’étant déclaré en Chine en fin d’année dernière sur la communauté franco-chinoise mantaise. Alors qu’à Paris, actes racistes, vandalisme et pertes importantes de chiffres d’affaires ont été recensés, la situation a été beaucoup plus calme, même si certains commerçants ont enregistré une baisse de leur chiffre d’affaires.

« On a annulé le nouvel an chinois, parce que comme c’est arrivé brutalement, on ne peut pas assumer la conséquence, […], détaille Jiamei Lochon des raisons ayant conduit à l’annulation. Paris a annulé, Pékin a annulé, c’était par solidarité, nous on ne veut pas faire la fête dans les moments difficiles, la Chine est en train de vivre un moment difficile, si on continue la fête on n’est pas avec eux. »

Parmi les 500 membres de la communauté, « aucun n’est ressortissant de Wuhan (ville d’où est originaire l’épidémie, Ndlr), indique-t-elle. Il y avait des gens qui devaient partir pour la fête du Nouvel an en Chine ils ont annulé, la majorité a annulé. » Concernant la baisse de fréquentation des commerces et restaurants, « ils ont dit qu’ils ont souffert au mois de janvier […] mais étaient assez positifs » pour le retour de leurs clients, souligne-t-elle.

Une reconnaissance avait été menée il y a quelques semaines avec le maire Raphaël Cognet (LR). « On sent qu’il y a une angoisse. C’est ce que m’ont dit les commerçants, analyse-t-il. […] Après, il y avait quand même un peu de monde dans les restaurants chinois donc les habitués continuent à venir. Le message que je pourrais faire passer à tout le monde c’est : venez soutenir nos commerçants d’origine chinoise parce qu’ils font leur travail correctement. Il n’y a aucune raison évidemment d’avoir des doutes sanitaires. »

Chargée des remontées en cas d’actes de racisme ou de vandalisme, Jiamei Lochon précise : « J’ai lancé un message à tous les membres, si vous [constatez] des comportements racistes, revenez vers moi, on va faire une plainte collective, mais il n’y a rien eu. » Elle reconnaît toutefois que des réflexions ont pu être lancées par certains clients. Le commissariat mantais ne rapporte cela dit aucune plainte : « On a vu qu’il y avait eu des incidents dans certains départements comme des commerces vandalisés mais de notre côté nous n’avons pas eu de signalement de ce type. »