Les inquiétudes du président du CAJVB, Philippe Montaudouin, se sont avérées réelles. Lui qui craignait le 13 mars que l’épidémie de Covid-19 ne mette prématurément un terme à la saison sportive, doit désormais faire face à cette situation. Alors que la veille, la Fédération française de volley-ball espérait que les championnats pourraient reprendre après le 5 avril, l’évolution de la crise sanitaire l’a contrainte à revoir sa décision. Dans un communiqué publié le 26 mars sur son site internet, la Fédération a annoncé l’arrêt des championnats de France. Si la décision d’arrêter les compétitions est compréhensible pour le CAJVB, Philippe Montaudouin est toutefois « déçu » que le club ne puisse pas clore la saison en beauté.

Après avoir remporté le 7 mars son premier match de play-offs, 3 sets à 1, face à l’équipe Loisirs Inter Sport Saint-Pierre, basée à Calais, les hommes du CAJVB évoluant en Élite s’étaient assurés la première place du classement. En raison de l’arrêt des compétitions, un communiqué du club, publié fin avril, indique néanmoins que leur place de leader « n’est pas retenue ». Classés troisième au niveau du championnat Élite, ils évolueront donc à ­nouveau dans cette compétition la saison prochaine. Selon le président du club, leur place dans le dernier carré de la coupe de France amateur doit toutefois leur permettre de disputer cette compétition dans la catégorie professionnelle, la saison prochaine. Pour cela, ils devront néanmoins remporter le premier match qui ­devrait avoir lieu « fin septembre ».

Cinquième de leur poule avant l’arrêt du championnat, l’équipe féminine du CAJVB évoluant en Nationale 2 poursuivra dans cette division la saison prochaine. Considérant que ses joueuses ont un bon niveau, Philippe Montaudouin regrette qu’elles n’aient pas l’occasion de terminer la compétition pour monter au classement. « On est déçu mais la santé prime, affirme-t-il. On accepte la décision des autorités sanitaires. »

Pour préparer au mieux la saison prochaine, le président du club songe déjà à la préparation physique de ses équipes. « On va faire une préparation physique adaptée en vue de la saison prochaine, affirme-t-il. On veut démarrer plus tôt avec une préparation physique plus douce que d’habitude mais qui, du coup, sera plus longue. Si on pouvait reprendre le beach volley début juin, ce serait en tout cas du temps de gagné. »