Les examens cliniques s’accompagnent désormais de dépistage. Le 19 mai, l’édile Karl Olive (DVD) a annoncé sur son compte Twitter que le « Covidrome », lieu d’accueil basé au centre de diffusion artistique pour les patients ayant des symptômes de type Covid-19, devient aussi « un centre de dépistage ». Contrairement au test sérologique proposé aux agents municipaux à Rosny-sur-Seine et relaté dans l’édition du 20 mai de La Gazette, les tests PCR nécessitant des écouvillons sont proposés au « Covidrome ». Les symptômes du coronavirus étant variés, l’objectif est ici de savoir si un malade orienté par son médecin vers la structure d’accueil, est ou non atteint du Covid-19 lors du ­dépistage.

Pour expliquer l’absence de dépistage lors de la création le 24 mars du « Covidrome », le médecin généraliste Christian Lehmann, à l’origine de la structure pisciacaise, affirme que le matériel nécessaire manquait. « On gère une pénurie », affirme-t-il du manque de substrat et d’écouvillons nécessaires au test PCR. Selon le médecin, les résultats des tests de dépistage réalisés au « Covidrome » sont disponibles en « moins de 24 heures »