Dans l’assistance, on aurait cru entendre la cloche d’un premier round de boxe. Ce samedi 23 mai, le conseil d’installation a été le ring d’une joute verbale entre Laurent Brosse (DVD), le maire nouvellement réélu et Gaël Callonnec (EELV), son principal opposant. Cette première confrontation du nouveau mandat avait pour toile de fond les résultats et la légitimité des élections municipales de mars dernier. Les deux adversaires se sont rendus coup pour coup.

Dans la salle des fêtes de la commune, située sur la place Auguste Romagné, c’est Monique Muylle, reconduite en tant qu’adjointe, qui a donné le coup d’envoi : « Rappel des résultats : liste de Laurent Brosse 31 sièges, liste de Gaël Callonnec sept sièges, liste d’Hippolyte Djizanne Djakeun (SE) un siège. »

Ce dernier s’est d’ailleurs présenté contre le chef de file de la majorité au moment d’élire le maire mais n’a pas obtenu d’autre voix que la sienne. À la sortie de l’urne, Gaël Callonnec et son groupe, eux, ont demandé à être rayés du scrutin en signe de protestation contre la tenue du premier tour des élections municipales. Ayant déposé, la veille, un recours au tribunal administratif de Versailles, sur la base de l’abstention enregistrée dans la commune, soit 63 %, ils ont tous les sept symboliquement franchi le cordage rouge des élus pour rejoindre le public.

En signe de protestation contre la tenue du premier tour des élections, les élus de la liste Ici Conflans ont symboliquement franchi le cordage rouge des élus pour rejoindre le public.

« Je pense que c’est une façon pour vous de fuir vos responsabilités, de fuir l’idée que votre projet n’a pas séduit, lance l’édile à son opposant au moment de revêtir sa seconde écharpe de maire. La liste Conflans en avant a fait 51,90 %, la vôtre n’a pas pas fait 48 %, n’a pas fait 45 %, n’a pas fait 40 % ni même 35 %, elle a fait 33,90 %. Il vous appartenait de faire plus pour être présent au second tour. Vous avez beau jeu aujourd’hui de mettre en cause la ­légitimité des élections. »

« Ce n’est pas comme ça qu’il faut raisonner, rebondit Gaël Callonnec. Vous êtes, monsieur le maire, et je suis au regret de vous le dire, l’édile le plus mal élu de Conflans depuis que cette ville existe. Vous n’avez recueilli que 18,5 % des suffrages, si la loi électorale n’avait pas été modifiée il y a trois ans, cette élection aurait été considérée comme invalide. »

Il n’en fallait visiblement pas plus à Laurent Brosse pour saisir à nouveau le micro. « Puisque vous aimez les calculs d’apothicaire, sachez que votre liste a fait le score le plus faible de la gauche depuis 1977. » Des échanges qui laissent imaginer la bataille à venir sur le terrain des délibérations dans les prochaines semaines.