Près de dix heures d’intervention auront été nécessaires pour retrouver Lucky. Mardi 8 juin ce Jack Russel qui était prisonnier d’un terrier de renard, rue des Tems-Cœurs, depuis près de vingt quatre-heures, a été sauvé par les pompiers yvelinois, bien aidés d’un couple de chiens creuseurs.

C’est lors de sa promenade, dans la soirée du lundi 7 juin, que le jeune chien s’est engouffré dans le sous-sol de Breuil-Bois-Robert. « À la vue d’un renard, il s’est instinctivement lancé à sa poursuite dans un terrier mais il ne parvenait pas à ressortir de lui-même », rapporte le service départemental d’incendie et de secours (Codis), du témoignage du maître. Si le Jack Russel est une race de chien utilisée pour la chasse et capable d’aller sous terre pour déloger les renards dans les terriers, Lucky, lui, « n’avait jamais été dressé dans cette optique ».

Arrivés sur place, les pompiers sont mobilisés autour du terrier pour tenter de localiser le jeune chien mais suspendent leur action vers 4 h du matin, faute de résultat. « Les terriers de renard sont constitués de systèmes de galeries complexes, celle-ci s’étendait sur près de 30 m² et jusqu’à plusieurs mètres de profondeur », explique-t-on du côté des pompiers.

« Le chien est certainement resté coincé dans une galerie parce que son train arrière est plus large que la circonférence du tunnel », détaille le Codis de la situation établie sur place par le groupe de sauvetage animalier des Yvelines, l’unité spécialisée dans ce genre ­d’intervention.

Les recherches reprennent quelques heures plus tard, le lendemain à 7 h 30, « bien que le chien n’émette plus aucun signe de vie depuis le départ des secours la veille ». Pour obtenir une réponse, les secours utilisent alors un appareil d’écoute « utilisé habituellement pour les personnes enterrées dans les tremblements de terre ».

« Des tranchées ont également été creusées autour du terrier avec un engin de terrassement mis à disposition par la commune », indique le Codis. À 11 h 30, et malgré l’énergie déployée par les secours, les opérations de recherche sont toujours infructueuses et sont de nouveau suspendues. « La situation n’est pas de bon augure, on commence un peu à perdre espoir », confiait-on du côté des pompiers, mardi dans l’après-midi.

À 18 h 30 enfin, les soldats du feu sont rejoints par le Rallye de la Baillaudiere, une équipe de spécialistes en déterrement venue d’Hanches (Eure-et-Loir), accompagnée d’Hubert et Virgil, deux chiens creuseurs. « Méthodiquement et avec des techniques d’une efficacité remarquable, ils ont détecté de nouvelles galeries à explorer ».

Vers 21 h 30, alors que le propriétaire du chien commence à remercier les secours pour leurs efforts, et donne son aval pour abandonner les recherches débutées la veille, « les déterreurs entendent un aboiement sous terrain » qui permet de localiser l’animal toujours en vie. En quelques minutes, Lucky est retrouvé en bonne santé et confié à son maître soulagé. « Lorsqu’il a été ramené à la surface, l’animal se portait bien, souligne le Codis. Même si l’intervention s’est prolongée durant de longues heures, les pompiers savaient que le Jack Russel est une race de chien très ­résistante : les efforts ont payé. »

Crédits photo : J.Hamelin & SAN78