Les cercles dessinés sur le sol de la gare Saint-Lazare en étaient devenus anecdotiques, tant le flux de voyageurs qui se massait sur les quais, était important. Mercredi 24 juin, à partir de 17 h 40, une succession d’incidents a perturbé le trafic des lignes L, A, J et normandes, dans les deux sens de circulation et jusqu’à la fin du service.

Dans un billet d’incident, publié le jeudi 25 juin, la SNCF a détaillé les causes de ces nombreuses interruptions de trafic « sur l’ensemble des lignes L et J, sur la branche Cergy/Poissy de la ligne A et entre Paris et Mantes-la-Jolie concernant les lignes normandes ». Avec les fortes chaleurs du jour, de leur côté, les passagers témoignent d’une soirée « épuisante ».

Vers 17 h 40, des conducteurs de la ligne J relèvent « un dégagement de fumée sur une installation provoquant des pertes de tension », rapporte la SNCF qui a interrompu le trafic, le temps de trouver la cause de ces pertes d’alimentation.

Quelques minutes plus tard, un nouvel incident frappe les voies ferrées de vallée de Seine. Vers 18 h 10, à Villennes-sur-Seine, des riverains remarquent un dysfonctionnement de la barrière du passage à niveau, à proximité de la gare, qui n’était pas fermée. La circulation des trains de la ligne J et des lignes normandes a dû être interrompue.

« J’insiste, la barrière de Villennes est un lieu de panne bien trop fréquent depuis plus d’un an », fustige un passager sur Twitter. « Il totalise au moins une dizaine d’incidents/accidents par an ! », souligne un autre.

Sur les coups de 18 h 30, ce sont les trains de la ligne L, qui desservent notamment Achères et Conflans-Sainte-Honorine, qui sont touchés. La présence d’une bâche sur les caténaires de la gare de Pont-Cardinet (17ème arrondissement de Paris) a « arrêté ou ralenti » les rames sur « l’ensemble de la zone impactée ».

Et la pagaille atteint son paroxysme seulement une demi-heure plus tard, lorsque l’ensemble des voies d’entrée et de sortie de la gare Paris Saint-Lazare sont suspendues à cause « de personnes descendues sur les voies sur le pont d’Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine) », rapporte la SNCF. « Pourquoi le train de 20 h 47 à Saint-Lazare, en direction de Mantes-la-Jolie, a mis près de deux heures à rejoindre Les Mureaux, sachant qu’il avait un retard de dix minutes ? », grince un voyageur.

Dans son billet d’incident publié sur son site internet, la société de train indique que « la circulation a repris progressivement sur l’ensemble des lignes vers 19 h 20 », mais que des perturbations ont perduré jusqu’à la fin de service.

Coincée dans ce trafic paralysé, une passagère témoigne de sa soirée sur Twitter et déplore « la panique de l’information contradictoire que nous avons vécue. Interruption jusqu’à 19 h 30, ah non, trafic ralenti, ah non, interrompu jusqu’à 20 h 30…Finalement, le 19 h 47 pour Vernon (Eure) est parti vers 20 h et a fini par arriver aux Mureaux à 22 h 45, rapporte la voyageuse exacerbée. Je suis arrivée chez moi à 23 h dans un état d’épuisement et de stress dont je ne suis ­toujours pas remise. »