Qu’est-il arrivé à Lamba N’Diaye ? Samedi 4 juillet, sur les coups de 5 h du matin, le corps de ce Mantevillois, âgé de 34 ans, a été retrouvé dans la Seine, sous le pont de la rue Nationale, au niveau du quai de la Tour.

« Soit on l’a poussé, soit il y a eu une bagarre et ça a dégénéré : c’était peut-être un accident mais je veux connaître la vérité. » Deux jours après le drame, Sunay Sakin N’Diaye, la femme de Lamba, cherche par tous les moyens à découvrir ce qui a pu arriver à son mari. Dans les bureaux de la Gazette elle explique l’enquête parallèle qu’elle mène « faute de réponses claires ».

« La veille au soir il avait quitté notre domicile vers 18 h 30, 19 h avec la voiture. Et quand j’ai demandé à la police où était la voiture, ils n’ont pas su me répondre. Ils m’ont dit que ce n’était pas la peine de chercher, qu’il s’était ­suicidé, alors que c’est impossible ! »

« À 4 h 51, un témoin nous a appelé pour nous signaler qu’un homme, qui avait l’air d’être alcoolisé, donnait l’impression de vouloir sauter du pont », rapporte, pour sa part, une source policière. Selon la police, la victime n’était plus sur place à leur arrivée. Une opération de recherche s’est alors engagée avec la brigade fluviale et la vingtaine de pompiers dépêchés.

« Comme il était connu du commissariat de Mantes-la-Jolie avec ses antécédents judiciaires, il a été identifié avec ses empreintes », rapporte la femme du défunt dont le corps a été conduit vers l’hôpital de Garches (Hauts-de-Seine). De son côté, la police ne fait état que d’une identification « visuelle » par le biais d’une photo.

« Le médecin légiste m’a dit qu’ils n’avaient pas encore effacé toutes les zones d’ombres qu’il pouvait y avoir, souligne Sunay Sakin N’Diaye. On m’a dit que son corps n’était arrivé que le soir, donc je ne comprends pas ce que la police a fait du corps entre 5 h du matin jusqu’au soir… » D’après la police, lors de l’examen du médecin du Samu sur les lieux du drame, ce dernier « a émis un obstacle », c’est-à-dire qu’il n’a pas pu identifier clairement les raisons du décès.

En retraçant la soirée de son mari, Sunay Sakin N’Diaye assure avoir retrouvé sa voiture, un Scénic modèle 3, chez un dépanneur du quartier de la Vaucouleurs. « Quelqu’un aurait vu mon mari abandonner la voiture après un accident, rue Jules Ferry à Mantes-la-Ville », rapporte-t-elle, expliquant avoir retrouvé des taches de sang dans la voiture. «  On a demandé aux policiers si mon mari présentait des blessures, mais on m’a dit que son corps était impeccable, s’interroge-t-elle. Pourtant l’un de ses amis qui tient une pizzeria, route de Houdan, l’a vu vers 4 h du matin le visage tuméfié, en sang. »

Espérant obtenir des informations, la jeune femme appelle tous ceux qui ont vu Lamba N’Diaye ce jour-là, à se manifester. « Il portait un t-shirt, un short et une paire de basket orange et bleu », précise-t-elle. Si vous pensez avoir des informations utiles vous pouvez la joindre au 07 58 42 38 10.