« Cela fait plaisir de revenir après deux mois sans avoir joué au football. » Le 16 juin, le capitaine des U16 du Triel athlétique club football, Théo Bourgeois, ne cache pas sa joie d’être de retour sur les terrains municipaux du stade Gaston de Chirac, situé rue de la chapelle à Triel-sur-Seine. Depuis le 8 juin, les entraînements du club ont repris dans le respect d’un protocole sanitaire validé par la mairie.

Dans son édition du 8 juin du guide des sports à reprise différée pour la période du 2 au 22 juin, le ministère des sports autorise effectivement la reprise des entraînements de football. En partenariat avec la Fédération française de football (FFF), il détaille néanmoins, dans une fiche technique, l’ensemble des activités autorisées ou non en entraînement, durant cette période marquée par la fin du confinement lié à l’épidémie de coronavirus. L’activité du club de football triellois pouvait donc officiellement reprendre le 8 juin.

« Les entraînements sont faits en fonction du protocole […]. On doit avoir 4 m² par enfant donc c’est vraiment un travail de groupe qui est individualisé pour chacun », affirme le responsable technique du Triel athlétique club football, Christopher Lauret, avant de détailler quelques-unes des mesures sanitaires instaurées : « On n’utilise pas les vestiaires, donc les enfants doivent venir directement habillés […]. On leur donne un ballon à chacun et on les nettoie tous à la fin de l’entraînement. Du gel hydroalcoolique est à leur disposition avant d’entrer sur le terrain. On n’a pas de gourdes dons c’est à eux de ramener leurs bouteilles d’eau. »

Si Théo Bourgeois reconnaît l’utilité de ces mesures pour reprendre la pratique du football en toute sécurité, il admet cependant que leur application est ­parfois difficile. « Ce n’est pas toujours facile d’y penser tout le temps pendant qu’on joue », déclare le capitaine des U16 du Triel athlétique club football. Bien que les joueurs éprouvent quelques difficultés à s’adapter au protocole sanitaire, Christopher Lauret considère que la reprise des entraînements est essentielle pour « renouer le contact avec les joueurs » et « préparer la saison prochaine avec le renouvellement des licences ».

Alors que le président du club, Gilbert Foret, affirme que les entraînements d’une heure et demie, pratiqués deux fois par semaine, ont été remplacés par des séances d’une heure par semaine et par catégorie, Christopher Lauret ajoute : « Les adolescents sont beaucoup restés à la maison à jouer à la console. Venir pratiquer à nouveau une activité physique, c’est important pour eux […] mais on a limité la durée des entraînements pour ne pas qu’ils aient des soucis physiques après une longue absence ­d’activité. »

Alors que certains parents hésiteraient encore à laisser leurs enfants retourner aux entraînements de football, par crainte de l’épidémie de coronavirus, l’entraîneure des U16, Jessi Yallappa, se réjouit toutefois que le 16 juin la majorité de l’équipe soit présente. Sur les 22 joueurs inscrits dans cette catégorie, ils étaient une quinzaine à participer à ­l’entraînement ce jour-là.