Depuis le 1er janvier dernier, le syndicat intercommunal de destruction des résidus urbains (Sidru) et le syndicat intercommunal de valorisation des traitements et des déchets urbains (Sivatru) ne font plus qu’un. Son nom, Valoseine, a été officialisé par arrêté préfectoral ce mardi 18 août. Le syndicat gère notamment l’usine d’incinération Azalys, à Carrières-sous-Poissy.

« Ce nom ne collait plus du tout avec ce que l’on fait, souligne de ce changement, Jean-Luc Gris, ex-président du Sidru et président de Valoseine. […] Il y avait une volonté de passer l’histoire des emprunts toxiques qui ont été enlevés en 2018, de retirer cette image-là et avoir une image un peu nouvelle. »

Cette réunion des deux syndicats a également conduit à la baisse du nombre de ses représentants. « Sur l’ensemble des deux syndicats on avait 45 délégués titulaires et 45 délégués suppléants on est passé à 15 et 15, détaille Jean-Luc Gris. Ce n’est plus les communes qui sont adhérentes, mais […] la communauté urbaine (Grand Paris Seine et Oise, Ndlr) et la communauté d’agglomération Saint-Germain Boucles de Seine. »