Pour sa troisième édition, la Mission Patrimoine, pilotée par Stéphane Bern depuis 2017, a retenu un site conflanais, celui de l’ancienne bourse d’affrètement de la circonscription de Conflans-Sainte-Honorine. Construite en 1958, elle servait à organiser le transport fluvial de marchandises jusqu’en 2000. Désaffectée par la suite, elle accueille depuis 2016 le centre d’hébergement d’urgence des demandeurs d’asile géré par l’association conflanaise La pierre blanche, dans le cadre d’une convention tripartite. Cette dernière est signée entre l’association, Voies navigables de France (VNF, propriétaire des lieux, Ndlr) et l’État, et arrive à son terme à la fin de l’année.

Municipalité, comme VNF se réjouissent de la réhabilitation à venir du bâtiment, situé au Pointil, pour un coût total estimé à deux millions d’euros, dont une partie sera financée par le loto de la Mission patrimoine (voir encadré) et les dons. En 2022, il a pour vocation d’accueillir le siège de l’unité territoriale de VNF. « Le bâtiment qui s’était dégradé avec le temps, a uniquement fait l’objet de quelques travaux pour créer des espaces dortoirs et sanitaires, détaille le site internet de la Mission patrimoine. Il n’est plus adapté à l’accueil de personnes et doit aujourd’hui faire l’objet d’une ­réhabilitation globale. »

Et selon le maire DVD conflanais Laurent Brosse, il devenait urgent d’entreprendre les travaux. « Cela faisait déjà un certain temps que les élus de la Ville et moi-même avions demandé à ce que VNF réhabilite ce bâtiment, parce qu’il y avait un projet de très longue date qui n’avait jamais été mis en œuvre », souligne-t-il. L’édile évoque l’emplacement « symbolique » du lieu, situé à la confluence de la Seine et de l’Oise et face au futur port métropole Seine ouest d’Achères.

Mais le choix de réhabiliter la bourse d’affrètement, entraîne de fait la fin de l’hébergement de la cinquantaine de femmes aidées par La pierre blanche au sein des lieux.

Avec la proximité du monument aux morts, édifié en 1924 et récemment restauré, l’objectif est de « faire revivre le patrimoine public en valorisant l’histoire de la batellerie », poursuit le site internet de la Mission patrimoine. Mais le choix de réhabiliter la bourse d’affrètement, entraîne de fait la fin de l’hébergement de la cinquantaine de femmes aidées par La pierre blanche au sein des lieux. « On habite ces locaux de manière provisoire, cela a toujours été convenu que c’était une convention limitée dans le temps, précise Hubert Behaghel, président de La pierre blanche. […] Au début on avait une convention de deux ans, on a prorogé d’un an et là on est en train de travailler sur la prorogation encore car on n’est pas tout à fait au carré sur le déménagement. […] Mais ce n’était pas une surprise. »

À l’heure actuelle, le déménagement est prévu pour la fin de l’année. « On est incapable de le faire, mais on est en pourparlers avec VNF pour prolonger jusqu’au début du chantier », poursuit le président de La pierre blanche. Pour reloger les occupantes, l’association a récemment acheté une maison à Conflans-Sainte-Honorine. « On est en train de travailler sur un projet de construction, puisque c’est une maison avec grand terrain, souligne Hubert Behaghel. On est en train de chercher un deuxième projet pour loger une quinzaine, vingtaine de personnes. » Au total, l’association estime à « plus de deux millions ­d’euros », sur ses fonds propres le relogement.

Loto du patrimoine, comment cela marche ?

La Française des jeux lance la troisième édition de son loto du patrimoine. Ce loto qui propose notamment l’achat de tickets à gratter, au prix de 15 euros, permet de reverser « une partie des mises, soit 1,76 euro par ticket comparé à 1,52 euro lors des précédentes éditions, […] à la Fondation du patrimoine », détaille le communiqué de presse de la FDJ.

Dans le cadre de cette opération, la FDJ proposera également « cinq tirages loto » dédiés à la Mission patrimoine. Ces tirages auront lieu les 9, 12,14,16 et 19 septembre et feront l’objet d’un bulletin spécifique. « Pour chaque grille de 2,20 euros jouée, 0,54 euro sera reversé à la Fondation du patrimoine », ­précise ce même communiqué.