« La ville est un peu sous-équipée en hôtellerie. » Ce constat du président du promoteur immobilier Akera, Jean-François Kerlo, résume la demande formulée deux ans plus tôt par la Ville, d’implanter un hôtel supplémentaire. Le 22 septembre, lors d’une réunion publique sur l’aménagement des quartiers Rouget de Lisle et Noailles, la création d’un hôtel trois étoiles Campanile d’ici 2023 à l’angle des boulevards Robespierre et de la Paix a été évoquée. Outre l’essor du tourisme espéré ces prochaines années grâce au développement du RER E et de l’implantation du centre sportif du PSG, l’édile Karl Olive (DVD) pense que l’hôtel répondra aussi aux attentes des salariés de PSA.

« Aujourd’hui, il faut savoir que généralement les collaborateurs de PSA vont au Novotel à Orgeval et jusqu’à Rueil pour trouver des hôtels parce que l’offre hôtelière n’est pas suffisante », affirme le maire en ajoutant que l’hôtel Ibis implanté à la gare et L’Esturgeon situé à proximité fonctionnent « très bien ». D’après Jean-François Kerlo, le futur hôtel Campanile, géré par le groupe Louvre Hôtel, aura « 101 chambres, 34 parkings [souterrains], une offre de restauration et des salles de ­réunion ».