Un centre sous haute sécurité. Vendredi 2 octobre, se déroulait le coup d’envoi officiel du chantier du futur data center qui sortira de terre dans la zone du Clos reine « au deuxième trimestre 2021 ». Ce projet, porté par la société française Thésée, se matérialisera dans six bâtiments, construits en plusieurs phases, sur un espace de 2 700 m². Le centre aura pour objectif de stocker les données des grandes entreprises. Des informations tout aussi volumineuses que confidentielles, et c’est pourquoi la société souhaite en faire un lieu invulnérable aussi bien physiquement que virtuellement.

« Vous allez voir que ce bâtiment est un véritable bunker », affirme Christophe Bouniol, le président de la société Thésée, au moment de présenter les plans 3D du premier bâtiment, dont les travaux ont démarré au mois de février et dont l’armature sera recouverte d’une coque « 100% béton ». Le site se découpe en plusieurs zones « ce qui veut dire qu’il vous faut passer sept points de surveillance et de sécurité pour arriver dans la salle », explique Christophe Bouniol. Selon lui, ces multiples points de passage obligatoires « garantissent qu’il n’y aura pas d’intrusion ».

Le data center aubergenvillois, porté par la société française Thésée, se matérialisera dans six bâtiments, construits en plusieurs phases, sur un espace de 2 700 m².

Ainsi, l’accès à chaque zone passera notamment par des systèmes de reconnaissance biométrique et sous les yeux des nombreuses caméras thermiques et intelligentes. « Elles permettent de déterminer de façon précoce l’ensemble des risques potentiels », indique le président de Thésée. Ce dernier se réjouit également de l’implantation sur la commune d’Aubergenville « qui est l’une des plus sécurisées des Yvelines, c’était un point très important ». De son côté le maire, Gilles Lécole (LR), précise que la Ville assure « une surveillance toute particulière de la police municipale sur toute l’activité commerciale et industrielle ». L’édile se réjouit de l’attrait que pourrait apporter un tel équipement technologique pour sa commune.

Un avis partagé par la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise, qui cède les terrains à Thésée. Le premier des sept lots a été vendu pour 70 000 euros HT. « L’arrivée d’un tel équipement au cœur de notre territoire est un signal fort, indique son président, Raphaël Cognet (LR). C’est une nouvelle industrie utile et stratégique pour notre territoire mais aussi pour le pays tout entier. »