La femme qui comparaîtra le 4 novembre prochain devant le tribunal correctionnel de Versailles devra répondre des faits de « vol aggravé, escroquerie et tentative d’escroquerie » pour lesquels elle a été interpellée aux Mureaux le mardi 13 octobre dernier.

Elle est accusée d’avoir, trois jours plus tôt, profité d’une femme âgée de 87 ans pour lui voler un manteau de fourrure et la somme de 400 euros. Selon la police, la suspecte, âgée de 51 ans et originaire des Mureaux, aurait mené quatre arnaques similaires en se faisant, parfois, passer pour une interprète de la police locale afin de gagner la confiance de ses ­victimes.

Le samedi 10 octobre, l’octogénaire est abordée dans la rue par une femme, qui au fil d’une discussion, l’invite à boire un café dans une boulangerie avoisinante. « Elle lui a ensuite proposé de l’aider à transporter ses achats en l’accompagnant à son domicile », indique une source policière du mode opératoire de l’arnaqueuse qui a ensuite profité d’un instant seule dans une pièce pour passer à l’action.

Chargés de l’enquête, les policiers de l’unité de recherches judiciaires parviennent à identifier la suspecte grâce à l’exploitation de la vidéo-surveillance. « C’était une habituée de la boulangerie », fait savoir une source policière. Un point primordial puisque c’est ce qui a permis aux enquêteurs le 13 octobre dernier, de l’interpeller à la sortie du ­commerce.

Pendant sa garde à vue, où elle a nié les faits, les policiers remarquent qu’elle n’en est pas à son coup d’essai. « Elle est connue par les services de police pour des faits similaires commis en 2015 et 2017 sur les communes de Poissy et Conflans-Sainte-Honorine au préjudice de personnes vulnérables », fait savoir une source policière.

De même, le manteau de fourrure ainsi qu’une somme de 100 euros sont retrouvés dans son domicile. « Elle a indiqué que le manteau lui avait été prêté et que pour la remercier de ses bons services, la victime lui avait adressé la somme », rapporte une source proche de l’affaire, précisant que la poursuite des investigations ont relevé l’existence de quatre autres faits commis dans le secteur « au préjudice de personnes âgées ou handicapées selon le même mode opératoire ». Selon cette même source, elle serait parvenue ainsi à dérober de l’argent et une carte bancaire. Formellement reconnue par les victimes, la quinquagénaire a été déférée en vue d’une comparution immédiate puis incarcérée dans l’attente de son jugement.