Huit garçons et trois filles de 15 à 18 ans et membres du centre socioculturel Mosaïque, basé à Ecquevilly, ont participé, du 19 au 23 octobre, à la deuxième édition de la course cycliste solidaire Mosaïque roule contre le cancer. Cet événement de 450 kilomètres a permis de récolter « 5 000 euros » au profit de la Ligue contre le cancer grâce à la recherche, en amont, de partenaires.

En raison du contexte sanitaire, le tracé initial de la course d’Ecquevilly à Nantes (Loire-Atlantique) a dû être modifié. « Le parcours jusqu’à Nantes n’était pas possible. On a donc décidé il y a 15 jours de se rabattre sur l’Île-de-France », déplore le président du centre Mosaïque, Idriss Amazouz, qui a suivi cette semaine de course depuis la voiture servant à la logistique.

Les participants ne semblent néanmoins pas être déçus de la modification du parcours. C’est le cas d’Ilhem, 16 ans, qui en garde un excellent souvenir malgré « les pentes » et le fait qu’avant la course, « le vélo n’était pas du tout [son] point fort ». Convaincue que l’événement a resserré les liens entre eux, elle affirme volontiers vouloir participer à une prochaine édition « mais avec plus d’entraînements » en amont.