Ils continuent de rapprocher leurs services. Au mois d’octobre, les Départements des Yvelines et des Hauts-de-Seine ont annoncé la création de deux nouvelles structures interdépartementales. La première, située sur le Campus aux Mureaux sera dédiée à l’autonomie des personnes âgées. La seconde prendra place dans les anciens locaux de l’Institut de formation sociale, basé à Versailles et sera un institut interdépartemental du psychotraumatisme de l’enfant, en partenariat avec le centre hospitalier de ­Versailles.

Cet institut doit voir le jour en 2021 et l’ambition est d’y consacrer cent millions d’euros sur dix ans, répartis entre les deux collectivités, en plus d’environ 370 millions d’euros alloués par an à la protection de l’enfance par les deux collectivités. En 2020, plus de 10 300 enfants étaient suivis par les services de protection de l’enfance dans ces deux ­départements.

De la nécessité de cet institut, Armelle Bassot, directrice du projet, précise : « Les Départements se sont engagés dans une démarche volontariste de créer des réponses aux besoins des victimes de psychotraumatisme […]. La création de réponses spécialisées avec un dispositif qui traite du psychotraumatisme de l’enfant est apparue […] pour d’une part essayer d’apporter des réponses qu’ils apportent déjà mais qui méritent d’être développées et surtout adaptées au territoire et aux services et établissements de l’aide sociale à l’enfance. »

De la nécessité de cet institut, Armelle Bassot, directrice du projet, précise : « Les Départements se sont engagés dans une démarche volontariste de créer des réponses aux besoins des victimes de psychotraumatisme […] ».

Une structure qui permettra un « saut qualitatif » selon le président des Yvelines Pierre Bédier (LR) : « Toute la partie médicale, la partie psychologique, voire psychiatrique, n’[était] pas abordée.Cet institut va à la fois faire de la recherche, désormais l’imagerie médicale nous permet de voir, entre autres, en temps réel l’évolution des zones cognitives du cerveau et puis il va nous permettre de mettre en œuvre des solutions ­opérationnelles. »

Le lieu aura également une mission de formation auprès de tous les acteurs impliqués dans la protection de l’enfance. « On estime qu’environ 2 600 professionnels, […] auxquels se rajoutent les professionnels de l’éducation nationale et du handicap, des départements, seraient à former, souligne Armelle Bassot. Les formations existent, elles sont rares et insuffisantes, il s’agira donc de les ­développer. »

Si cet institut sera dédié à l’enfance, les deux Départements, avec la plateforme d’aide à la personne Invie, ont acté le 1er octobre dernier la création future d’une agence interdépartementale de l’autonomie, située sur le Campus muriautin. « Au départ, on avait voulu créer un centre d’informations des métiers d’aide à la personne », rappelle du projet François Garay (DVG), maire des Mureaux et président d’Invie.

Directeur général adjoint des solidarités au Département des Yvelines, Albert Fernandez détaille de l’organisation de cette agence : « [Elle] va reposer sur deux pôles, un pôle évolution de l’offre et plate-forme de services qui devra être créé prochainement, et un pôle autonomie, l’idée étant de se dire […] on va permettre, dans un écosystème qui est ici aux Mureaux, de mettre en relation des start-up des entreprises, des chercheurs pour recueillir les idées, pouvoir les tester dans les LABS, et les mettre en œuvre. » Un centre de formation d’environ « 1 000 étudiants » dans le domaine du sanitaire et du médico-social sera également créé.

« Il faut imaginer des solutions nouvelles, notamment liées au numérique, pour développer des innovations et faciliter le maintien à domicile des personnes », détaille Georges Siffredi (LR), président du Département des Hauts-de-Seine. « On doit, avec cette agence interdépartementale, essayer de mettre en œuvre l’organisation la plus performante possible de nos services d’aide à domicile […] mais aussi une professionnalisation qui se tourne vers des personnes en situation d’insertion », complète Pierre Bédier.