« Il n’y a aucune question tabou », lance le député des Yvelines, Bruno Millienne (Modem), vendredi 16 octobre à l’occasion d’une réunion publique organisée devant une quinzaine de personnes. Deux jours après l’annonce du couvre-feu dans les Yvelines, les interrogations des participants portaient notamment sur la crise sanitaire. « Pourquoi on n’incite pas plus au télétravail ? », s’interroge un élu dans la salle.

« C’est fait ! répond le député. Tu ne peux pas réglementer le télétravail dans les entreprises, ce n’est pas possible, le gouvernement a incité très fortement le secteur du privé à mettre en ­télétravail, trois jours par semaine, tous les postes qui le peuvent. »

Interpellé par un riverain, Bruno Millienne a également expliqué les raisons de son vote contre la proposition de loi visant à allonger le délai légal d’accès à l’IVG, de 12 à 14 semaines. « Je ne suis pas intimement persuadé que ce prolongement va faire diminuer sensiblement le nombre de femmes obligées d’aller pratiquer des avortements tardifs à l’étranger » assure-t-il en précisant qu’il s’est opposé aux articles visant à réduire le temps de réflexion des femmes et de supprimer la clause de conscience du médecin.