L’ambiance aurait pu être tendue, elle ne l’a pas été. Le 16 octobre, une dizaine d’habitants des rues de l’Ermitage et d’Ambrée ont rencontré le maire, Christophe Nicolas (SE) et le responsable des services techniques, Nicolas Hernandez, pour parler des problèmes de sécurité routière, lors d’une ­réunion de quartier.

Alors que la possibilité de changer le sens des places de stationnement semble plaire aux habitants de la rue de l’Ermitage, un riverain de celle d’Ambrée intervient. « C’est moi qui avait demandé à ce que les voitures soient garées de ce côté-là. Quand elles étaient garées de l’autre côté, les mecs [empruntant la rue] descendaient en pleine gauche. Plusieurs fois, j’ai failli me faire cartonner », affirme-t-il.

« La rue de l’Ermitage et la rue d’Ambrée ont des problématiques opposées », résume l’édile en confiant qu’il craignait que la réunion vire au « pugilat ». Aucune « solution idéale » n’a été trouvée mais la création d’un ralentisseur à l’angle des deux rues semble être appréciée par certains riverains. D’autres réunions pourraient être organisées, en présence de la communauté ­urbaine, en charge de la voirie.