La nouvelle sera officialisée lors d’un comité technique académique le 15 décembre (après l’envoi à l’impression de cette édition, Ndlr). À la rentrée prochaine, le bac pro Gestion-administration (GA) du lycée Jean-Rostand, comportant trois classes et 90 élèves au total, ne recrutera plus d’élèves de Seconde et quatre postes seront supprimés.

Justifiant un faible taux d’insertion professionnelle à la sortie du lycée, le rectorat confirme que la filière sera remplacée par un bac pro Animation enfance et personnes âgées, diplôme créé au début de l’année 2020, afin de répondre à un besoin d’emploi plus conséquent dans le secteur. Représentant des enseignants au conseil d’administration du lycée et délégué syndical Sud 78, Vincent Smith, déplore un manque de cohérence quant à la filière choisie et surtout un manque de dialogue avec les enseignants et les parents d’élèves concernés.

« Le ministre avait décidé en 2018 qu’il fallait 50 % de fermetures de GA sur l’ensemble du territoire donc il nous ont dit à Versailles il n’y en a que 30 % mais vous en faites partie, déplore le syndicaliste. C’est-à-dire que là on est dans le dur, ils ont commencé à fermer des GA qui ne fonctionnaient pas bien, nous elles fonctionnent normalement, elles sont remplies, les équipes tournent … »

Contacté, le rectorat de Versailles indique qu’au niveau national, seuls « 32% de jeunes [sont] en emploi sept mois après la fin de la formation » et que dans ce contexte, « l’offre de ce baccalauréat professionnel va être progressivement réajustée au niveau national, afin de permettre une meilleure insertion des jeunes formés ». Deux établissements proposeront encore la formation à la rentrée prochaine, le lycée Condorcet de Limay et le lycée des métiers Camille Claudel à Mantes-la-Ville et « le bassin de Mantes […] restera le deuxième bassin en termes de capacité d’accueil dans ce baccalauréat professionnel, sur le département des Yvelines », souligne le rectorat.

Des justifications que balaie Vincent Smith, ce bac pro résultant déjà d’un regroupement des filières secrétariat et comptabilité depuis 2012. « Il n’y a personne qui rend des comptes, c’est les profs qui payent la facture en ayant fait le travail d’adaptation », regrette-t-il, évoquant des projets plus tournés vers « l’évènementiel », afin de faire évoluer le diplôme. « On a quatre profs super-stables qui avaient des compétences, de l’expérience, […] mais non on supprime et on met un truc qui n’a rien à voir, avec du personnel, on ne sait pas où il est », poursuit-il.

Le bac pro Animation enfance et personnes âgées « possède les compétences nécessaires pour concevoir et réaliser des activités de nature variée, notamment auprès d’un public jeune ou de personnes âgées en perte d’autonomie », détaille l’Onisep sur son site internet. « Ils disent qu’on a des familles de métiers identifiés dans les établissements, que la GA c’était un peu isolé, mais c’est du tertiaire et on l’a sous la voie STMG et en filière générale avec l’option économie, ce n’est pas choquant », note de la pertinence Vincent Smith, qui regrette le choix d’une filière tournée vers le médico-social, dans un lycée professionnel plutôt axé sur des formations touchant au milieu industriel. Le rectorat, y voit, lui, une « opportunité en termes de ­qualité d’insertion pour les jeunes ».