Dans les dossiers du Département, le projet de contournement de la RD 154 semble aujourd’hui gravé dans la roche. Mercredi 9 décembre, à l’occasion d’une réunion présentant les projets d’infrastructures routières sur le secteur Seine aval Est, ce dernier a assuré que le projet routier sera bien réalisé en l’état, avec une finalisation prévue pour 2024.

N’en déplaise ainsi aux communes de Verneuil-sur-Seine, Vernouillet et Chapet, traversées par le tracé du projet départemental et dont les participants à la consultation locale organisée par ces trois municipalités s’étaient très largement opposés le 11 octobre dernier. En réponse, lors du conseil communautaire du 10 décembre, le président du Département, Pierre Bédier (LR), indique que « la démocratie représentative c’est respecter les compétences des uns et des autres ».

La veille, le Département avait confirmé sa position, par les voix de son président, et de son vice-président aux mobilités, Jean-François Raynal (LR), à la poursuite du projet. Selon le maire vernolien, Fabien Aufrechter (LREM), il s’agissait de la première fois que Pierre Bédier exprimait sa position envers les maires, depuis le résultat du scrutin local. Selon lui, rapportant les propos des deux représentants du conseil départemental, le projet s’inscrit pour eux « dans une logique globale qui ne peut être retouchée d’un millimètre ».

« Concernant monsieur Raynal, c’est exactement la teneur des propos qu’il nous [les trois maires] avait tenus mais en l’occurrence nous attendions un retour du président : on l’a, c’est le même, maintenant on sait… », regrette Fabien Aufrechter qui milite publiquement contre le contournement, après que ce dernier ait été rejeté par 80 % des 2 458 votants, dans sa commune.

Les communes de Verneuil-sur-Seine, Vernouillet et Chapet, toutes traversées par le tracé, avaient organisé une consultation auprès de leurs habitants, le 11 octobre dernier.

Le Département n’avait pas pris part à l’organisation de cette consultation. Interrogé en amont de celle-ci, Pierre Bédier lui reprochait « un problème de corps électoral » en précisant qu’ « on ne peut pas concerter à l’échelon communal sur une route départementale ».

Ce dernier l’a rappelé plus fermement jeudi 10 décembre, lors du conseil communautaire. « Ce soir j’en suis désolé mes chers collègues, vous n’avez pas à vous prononcer pour ou contre la départementale 154 ou plus particulièrement sa déviation, c’est à l’assemblée départementale [de le faire] », assène Pierre Bédier aux maires de Verneuil-sur-Seine et Chapet.

Quelques instants plus tôt, ces deux-là avaient demandé aux élus de s’opposer à une délibération visant à favoriser l’acquisition d’une parcelle à Vernouillet, pour y déplacer des familles de gens du voyages actuellement installées sur le tracé du projet routier. « Il s’agit de savoir si vous voulez ou non participer à la création du contournement de la RD 154 », analyse Fabien Aufrechter de cette délibération, en demandant à ce que le vote de celle-ci se déroule à ­bulletin secret, accordé par ­l’assemblée.

« Je vous rappelle, même si je sais que ça en fait rire certains, que 99,7 % des Chapetois (41,7 % de participation, Ndlr) ont voté contre ce contournement », grince, quant à lui, Benoit de Laurens (SE), le maire de Chapet, qui en appelle même à la « solidarité » des autres élus pour rejeter la délibération. Seul 35,90 % d’entre eux l’ont suivi.

Agacé de la remise en question de sa consultation locale, Fabien Aufrechter attend néanmoins toujours une réunion avec Pierre Bédier pour poursuivre les négociations. « Je ne sais pas ce qui est encore possible », cède-t-il visiblement, un brin résigné.