Une touche de modernité pour les logements sociaux du quartier Beauregard. Telle est l’ambition du bailleur social et propriétaire des lieux, Les Résidences Yvelines Essonne. Le 7 janvier, ce dernier est venu défendre son projet de réhabilitation de la « résidence Beauregard » devant une trentaine de locataires ­rassemblés au gymnase Marcel ­Cerdan.

Ces derniers ont jusqu’au 8 mars pour voter en faveur ou non de la tenue du chantier qui ne nécessitera pas leur déménagement. Au total, 328 logements sont concernés pour un montant de « 20 380 056 euros TTC ». Outre la rénovation des salles d’eau, un agrandissement de 170 des 218 appartements de type F3, de 49 des 55 logements F4 et de 31 des 35 appartements F5, est prévu. Ces changements ne seront cependant pas sans conséquence sur le prix des loyers.

« L’agrandissement des logements va entraîner un impact sur votre loyer », déclare la directrice d’agence des Résidences Yvelines Essonne, Marylin Nabais, en précisant néanmoins aux locataires que « cet impact va être mesuré et encadré puisque vous n’aurez jamais plus de 5 % ­d’augmentation ».

Sur ce point, l’un des locataires s’interroge. « Concernant l’augmentation de 5 % des loyers, est-ce-que cela va être augmenté tous les ans ? », demande-t-il. « C’est sur votre loyer de base hors charges. Les 5 % par an seront échelonnés sur le nombre d’années nécessaires pour atteindre le loyer plafond [à compter de la livraison des travaux, fin 2024] », répond Marylin Nabais en déclarant que l’augmentation est « en moyenne de 80 euros ». Elle pourra « être en ­partie prise en charge par l’APL ».

« Du fait d’une meilleure isolation des bâtiments [après les travaux], vous avez l’étiquette D actuellement et on va passer à l’étiquette C, insiste, quant à lui, le directeur de la maîtrise d’ouvrage, Bertrand Thieblemont. Vous aurez donc, à terme, une économie des charges de chauffage. » D’après Marylin Nabais, ces dernières ne peuvent néanmoins pas être connues avant la réhabilitation. « On ne peut pas évaluer pour votre résidence ce qu’il en sera dans cinq ou dix ans selon votre consommation », déclare-t-elle.

Quant aux bulletins de vote permettant aux habitants de se prononcer sur les travaux, ils doivent être déposés dans les loges des gardiens d’immeubles. « Même si les loges sont fermées [en raison du contexte sanitaire], les gardiens sont présents et vous pouvez les contacter pour aller voter et poser toutes les questions que vous ­souhaitez », affirme Marylin Nabais.