Lors de l’assemblée départementale du 5 février dernier, les élus ont approuvé la signature d’un protocole-relais entre la SNCF et les différents partenaires du projet Eole, prolongement du RER E jusqu’à Mantes-la-Jolie et dont la mise en service a été retardée de six mois à Nanterre (Hauts-de-Seine, voir notre édition du 6 janvier).

Ce protocole « va abonder par rapport au protocole de départ, parce que la SNCF ne cesse au cours des travaux de nous réclamer un peu plus d’argent, parce qu’il y a des coûts supplémentaires pour ces travaux », détaille Jean-François Raynal (LR), vice-président chargé des mobilités. Il prend ainsi en charge les « dépenses planifiées sur l’année 2021 », explique le Département dans un communiqué.

Ce protocole-relais englobe ainsi une somme de 182 millions d’euros, dont 14 millions pour le Département « pour éviter qu’il y ait tout retard, par rapport au calendrier de mise en service à l’horizon 2022-2023-2024, des différentes phases de ce projet Eole », termine Jean-­François Raynal.