Les poids-lourds qui se sont risqués à raccourcir leurs parcours en passant dans le centre-ville de Chanteloup-les-Vignes, ce mardi 2 février, sont tombés directement dans le filet de la police. Excédée par le trafic de camions dans son centre-ville, pourtant interdit aux véhicules de plus de 12 tonnes par arrêté municipal, la Ville mène désormais des opérations coup de poing hebdomadaires pour que l’axe soit davantage redouté par les routiers.

Ce matin-là, un contrôle de police a été mené sur les hauteurs du centre-ville, rue de l’Hautil, entre 9 h 30 et 11 h, dans les deux sens de circulation. Le deuxième en deux semaines. « On souhaite apporter une réponse ferme car ça crée de fortes nuisances pour les habitants, lance sur place François Longeault, premier adjoint délégué à la sécurité. Avec ce genre de gabarit, quand ils arrivent dans la rue de la mairie, ça paralyse complètement le centre-ville, les voitures ne peuvent plus se croiser. »

L’élu s’inquiète également des risques d’un tel trafic sur les bâtiments qui jonchent l’étroite rue qui descend vers le centre. « Ça fait trembler les maisons, la librairie qui fait l’angle a vraiment peur, sans parler des problèmes de sécurité autour du groupe scolaire Pasteur-Curie », insiste le ­premier adjoint chantelouvais.

Installé conjointement, sur la départementale 22, par les policiers nationaux et municipaux, le barrage filtrant n’a rien laissé passer mardi matin. Même pour ce conducteur, arrêté alors qu’il sortait de la commune en direction du Val d’Oise, qui dépassait de 200 kg le tonnage maximum autorisé. Au total, trois poids lourds ont été contrôlés dont deux sanctionnés d’une amende de 35 euros.

« Pour tous, c’est la même chose, ils sont dirigés là par le GPS », relève une policière municipale. Une orientation erronée, qui, couplée à la possibilité offerte par certaines applications aux automobilistes de prévenir de la présence policière, donne du fil à retordre aux tentatives de répression. Ce matin-là, il aura fallu seulement dix minutes pour que le barrage soit signalé sur l’application GPS Waze.

« L’objectif c’est de faire des contrôles chaque semaine pour décourager les poids-lourds de couper à travers Chanteloup, explique François Longeault. Il faudrait également pouvoir les sanctionner plus lourdement à hauteur de 135 euros ». Seulement pour cela, la circulation des poids-lourds sur la RD 22 doit être interdite par un arrêté préfectoral.