« On a tous besoin un jour d’une décolleuse à papier, d’un kärcher […], mais pas forcément la place de le stocker », fait remarquer Sylvie Goldfain, la fondatrice de l’association Les Colibris d’Andrésy. Pour pallier ce problème de stockage et d’encombrement, l’association créée en 2010, espère pouvoir proposer au mois de septembre prochain une bricothèque.

« L’objectif serait de prêter différents objets, détaille Sylvie Goldfain. L’association se chargerait de l’achat et de l’assurance […]. nous envisageons de proposer un catalogue en ligne. » Dans le cadre du budget participatif de la Région Île-de-France, l’association a candidaté pour une subvention de 9 900 euros. « Il n’y aura pas que la dimension bricolage, précise la fondatrice. Nous pourrons également proposer des machines à faire de l’eau gazeuse, de l’équipement festif, un ­barnum, etc. » L’idée est née au mois d’octobre dernier, dans le cadre de la participation au « défi presque zéro déchets ».

Le projet s’inscrit dans une démarche d’économie circulaire mais aussi « d’économie de fonctionnalité », selon le maire EELV Lionel Wastl : « Les gens font plus attention quand cela ne leur appartient pas. »