La prudence était de mise, mercredi 3 mars, lors de l’opération conduite par les policiers du commissariat des Mureaux, avec le soutien du Raid, dans la rue Aristide-Briand. Cet après-midi-là, la police nationale a bouclé une partie de la rue, durant plusieurs heures, afin de perquisitionner le domicile d’une personne interpellée dans la matinée et soupçonnée de ­radicalisation.

Vers 11 h, les policiers muriautins ont interpellé un homme qui venait de jeter une bouteille de verre contre la façade du commissariat. Au moment d’être maîtrisé, l’homme a émis des propos menaçants envers les forces de l’ordre. « Il a fait référence à l’attentat de Magnanville (ayant causé la mort d’un couple de fonctionnaires le 13 juin 2016, Ndlr) », précise une source policière.

Placé en garde à vue pour « dégradation et apologie du terrorisme », l’homme est très confus et n’explique pas vraiment son geste. « C’est une personne qui est connue des services de police pour du droit commun et qui est aussi connue et suivie par les services du renseignement », explique cette même source de la décision de perquisitionner, vers 16 h, son domicile. La fouille a écarté la présence de tout piège ou engin explosif.