L’initiative est la bienvenue pour les 147 locataires de la résidence étudiante Geneviève Brousset. Les élus de la Ville, que ce soit ceux de l’opposition ou ceux de la majorité, se sont mobilisés pour lutter contre la précarité étudiante, à travers des distributions alimentaires organisées dans la résidence. Le groupe d’opposition Poissy Demain collecte, depuis fin janvier, des colis essentiellement alimentaires et composés de produits d’hygiène, donnés par les habitants, qui ont été distribués du 10 février au 3 mars. Les élus de la majorité, eux, donnent chaque mardi, depuis le 19 février, les aliments non consommés dans les cantines scolaires.

« On s’est aperçus pendant le deuxième confinement des difficultés que rencontraient les étudiants en termes de pouvoir d’achat. Alors évidemment il y a un certain nombre d’étudiants qui sont chez Papa et Maman. On va dire que pour ceux-là, ça va à peu près », déclare l’édile Karl Olive (DVD) avant de poursuivre : « Mais on a de plus en plus de difficultés avec nos jeunes étudiants qui font leurs études en France, qui sont autonomes, qui habitent pour les uns dans des studios disparates et pour les autres dans des résidences, mais pour lesquelles le pouvoir d’achat fond comme neige au soleil. »

Cette précarité financière, Shona une locataire de la résidence Geneviève Brousset depuis un an et demi, la connaît. « Cela fait plus de six mois que je suis au chômage partiel et du coup mon salaire a été impacté. Du coup c’est un petit peu compliqué », déclare l’étudiante en alternance en précisant qu’elle a un emploi dans l’événementiel.

« Cela fait plus de six mois que je suis au chômage partiel et du coup mon salaire a été impacté. Du coup, c’est un petit peu compliqué », déclare Shona, une locataire de la résidence étudiante Geneviève Brousset lors d’une distribution alimentaire organisée par les élus de la majorité.

Mais, au-delà de l’aspect financier, le groupe Poissy demain veut également apporter un soutien psychologique aux étudiants. « Il y a des tickets à gratter, parfois des tickets restaurants, des mots d’encouragement accompagnés quelques fois d’un billet de cinq ou dix euros, des masques, des jeux », énumère la conseillère municipale d’opposition Sandra Prattico, en guise d’exemple de dons. Au total, le communiqué du groupe Poissy demain indique que ce sont « 200 colis et 20 chariots de courses [qui] ont été collectés depuis le début de l’opération ».

Sandra Prattico assure également que des distributions de colis vont être assurées auprès des étudiants de l’université de Cergy-Pontoise (Val-d’Oise). « Sur Cergy, grâce aux réseaux sociaux, il y a eu un énorme élan de générosité, si bien que l’on va aussi donner des boîtes solidaires aux étudiants de Cergy », explique-t-elle en invitant également les étudiants dans le besoin, n’habitant pas nécessairement en résidence, à prendre contact auprès du groupe Poissy demain pour bénéficier de l’opération que la conseillère municipale d’opposition envisage de faire perdurer.

La possibilité de poursuivre l’action solidaire, au-delà de la fin d’année scolaire, est aussi envisagée par les élus de la majorité. « Un étudiant mange pendant le Covid-19 et il continuera à manger après […], déclare l’adjointe déléguée à l’éducation et à la petite enfance, Vanessa Hubert. Si cela fonctionne bien, on renouvelle ­l’année prochaine. »