Jeudi 11 mars, bientôt 24 heures se sont écoulées depuis le départ d’un important incendie dans un immeuble, situé au 53 rue Désiré-Clément, et les pompiers yvelinois et val-d’oisiens sont toujours sur place. Les soldats du feu veillent au grain et pour cause, les flammes qu’ils sont parvenus à éteindre dans la nuit leur ont donné des sueurs froides tant elles ont ­attaqué la structure du bâtiment.

Il est environ 15 h 15, ce mercredi 10 mars, lorsque les sapeurs-pompiers sont appelés pour un feu dans un appartement situé au deuxième étage de l’immeuble à usage mixte, puisqu’il est composé de six logements et de commerces au rez-de-chaussée. Heureusement aucun blessé n’est à déplorer, l’immeuble ayant été évacué avant l’arrivée des secours.

« Ça représente 14 personnes dont trois enfants », précise le Centre opérationnel départemental d’incendie et de secours (Codis) yvelinois qui a dépêché, au plus fort de l’intervention, 73 sapeurs-pompiers, munis de quatre lances à eau et de deux échelles aériennes. Pour autant, à l’intérieur de l’immeuble, la situation se complique et les flammes se propagent très ­rapidement.

« L’extinction complète a été rendue très difficile à cause du risque d’effondrement de la toiture, rapporte le Codis de l’intervention. Ce qui s’est passé c’est que le feu s’est propagé à l’ensemble de la toiture du bâtiment : de l’appartement ça part dans les combles qui ne sont pas recoupées, et les gaz chauds ont ensuite atteint la partie toiture pure. »

C’est finalement tard dans la nuit que les pompiers viennent à bout des flammes et des derniers foyers résiduels. Un certain nombre d’entre eux était encore sur place le lendemain matin « dans le cadre d’un dispositif de surveillance ».

Quand le soleil se lève, les dégâts causés par l’incendie sont conséquents, l’immeuble a d’ailleurs été classé comme impropre à l’habitation. « Les trois appartements, situés au deuxième étage, sont complètement sinistrés par les fumées d’incendie, rapporte le Codis. Les trois du dessous, eux, ont plus été impactés par des dégâts des eaux, suite aux manœuvres des lances à incendie. » De même les commerces situés au rez-de-chaussée, eux, ont été ­impactés par une coupure ­électrique.