Encore du changement à venir concernant l’activité de La poste sur la commune. Depuis 2016, et la fermeture du centre commercial Mag 2000, un bureau avait ouvert dans les locaux de l’ancienne communauté d’agglomération Mantes-en-Yvelines, rue des Pierrettes, au terme d’une convention renouvelable tous les ans. Mais de nouvelles modifications horaires en 2019, plus contraignantes et des fermetures inopinées, ont amené le maire DVG de la commune, Michel Lebouc, à réfléchir à proposer un service de poste communal, géré par la mairie, à la fin de l’année prochaine ou à partir du début de l’année 2022, pour « ­garantir un service public de ­proximité ».

« [En 2016] on a été obligés de faire […] 8-9 h le matin et 17 h le soir et ces horaires-là ne convenaient pas forcément tout à fait à des gens qui travaillent et qui rentrent tard le soir, rappelle de la situation l’édile magnanvillois. Donc ensuite j’ai renégocié avec La poste, et donc j’ai réussi à faire ouvrir le bureau de poste le samedi matin. »

Depuis 2019 en effet, le bureau de poste n’ouvre que sur des demi-journées, ainsi que le samedi matin. « L’activité de service public de La poste s’est détériorée, allant jusqu’à des fermetures journalières voire pendant les vacances carrément, s’agace-t-il. On était à chaque fois obligés d’informer la population dans le site internet de la commune, donc les gens commençaient à en avoir marre. »

Il a ainsi annoncé que la commune cherchait à reprendre en gestion cette activité. « On retrouvera les services essentiels du courrier, la distribution des recommandés, chercher son colis, affranchissement des lettres et des colis, vente d’enveloppes pré-timbrées, emballages Colissimo », explique la direction régionale de La poste.

« Il n’y aura plus de salariés de La poste, on va embaucher, on va structurer, on ne sait pas encore comment de façon à mutualiser nos services pour garantir ce service de proximité, c’est la mairie qui va gérer à la place de La poste, détaille le maire. […] Il y aura des employés municipaux chargés de remettre les colis, une période d’ouverture aux horaires de la mairie, donc c’est un plus pour les administrés. » Une partie du fonctionnement sera prise en charge par conventionnement.

Parmi les lieux envisagés, Michel Lebouc indique que dans un premier temps cette poste communale pourrait se trouver en mairie ou à la médiathèque. Mais il n’exclut pas de la déplacer : « À terme je veux faire du service dans mon entrée de ville peut-être qu’on le mettra là avec une mairie annexe. […] Ce que je garantis c’est la pérennisation du ­service de proximité de La poste. »