« Nous avons le plaisir de vous annoncer la naissance du développement économique de la commune », se réjouissait la commune des Alluets-le-Roi dans son magazine municipal du mois de janvier. Ces dernières années, la commune qui compte à peine plus de 1 200 âmes, a effectivement vu une progression importante de sa zone d’activités Moulin Capignard. C’est ici que La Grange, une entreprise proposant épicerie fine, restauration et animation, a posé ses cartons en avril 2020. Cette dernière propose depuis février un espace de coworking.

« Cette dynamique, elle n’était pas forcément présente avant, pourtant je pense qu’il y a de la demande, estime Maximilien Dupuis, conseiller municipal en charge du sujet et l’un des fondateurs de la marque de yaourts locale I-grec, implantée dans la zone. Aujourd’hui, on est plutôt sur une ville où les gens viennent travailler et s’en vont sans qu’aucun lien ne soit vraiment créé. »

Depuis la parution du magazine municipal, l’élu cherche ainsi à recenser les professionnels qui ­travaillent dans le village, dans le but de créer un annuaire. « Il en y a beaucoup et pas que dans la zone, assure-t-il. Il y a les commerçants du village mais il y a aussi beaucoup d’entrepreneurs individuels […]. L’idée s’est vraiment de regrouper et de fédérer. »

Au début du mois de février, La Grange a ouvert sa « pépinière », un espace de co-working ou il est possible de venir travailler pour une heure pour 3 euros, ou louer un bureau à l’année.

Symbole de l’attractivité de la zone, l’implantation en novembre 2020 de La Grange. Un espace qui se veut être à la fois une épicerie de produits locaux, un lieu de séminaire, un restaurant, et un lieu d’activités. « Le concept a beaucoup évolué au fil des mois, l’objectif derrière c’est d’avoir un endroit qui vit et où les gens peuvent venir travailler, faire leurs courses le soir en partant, déjeuner sur place le midi, avec des activités la semaine et en soirée », explique Lucie Bontemps, l’une des trois associées de La Grange. Au début du mois de février, elle a ouvert sa « pépinière », un espace de coworking où il est possible de venir télé-travailler juste une heure pour 3 euros, ou de louer un bureau à l’année. La société I-grec y a d’ailleurs installé ses bureaux.

Avec les professionnels qui répondent à cette volonté de développement économique, la mairie souhaite créer une association des commerçants ou un club des entrepreneurs. « On ne sait pas encore comment ça va s’articuler mais [l’idée] c’est de créer quelque chose avec des thématiques précises du style chercher des subventions, un financement et faire venir des intervenants », précise Maximilien Dupuis.