Alors qu’ils doivent s’installer dans le nouveau collège du Val Fourré dans seulement quelques mois (voir notre édition du 20 janvier), une partie des enseignants des collèges André Chénier et Paul Cézanne était en grève ce mardi 23 mars. Ces derniers dénoncent la baisse du personnel d’encadrement ainsi qu’un projet éducatif « flou et très tardif dans la préparation ».

Un mouvement particulièrement suivi au collège Chénier où « près de 50 % » des professeurs n’ont pas assuré les cours , à en croire un enseignant de l’établissement. Selon ce dernier, les grévistes étaient beaucoup moins nombreux dans le collège voisin. « On ne sait pas vraiment où l’on va, déplore le professeur mantais. Il y a seulement une poignée d’enseignants qui ont été associés au projet pédagogique mais il n’y avait rien de concret, là on est à trois mois de l’ouverture et il n’ y a rien de prêt. »

Les grévistes dénoncent également la suppression de six postes parmi le personnel administratif et d’encadrement. Suppressions qui répondent, selon l’académie de Versailles, « aux doublons créés par la jonction des deux établissements ». Si les cours ont repris normalement ce mercredi, de nouvelles actions sont à prévoir.