Intéresser des élèves de 3e au fonctionnement des collectivités locales, c’est l’objectif du partenariat noué entre la mairie et le collège Jean Zay. Du 15 au 19 mars, 16 collégiens, n’ayant pu effectuer leur stage d’observation, se sont vu proposer la découverte de différents services de l’hôtel de ville, mais aussi des temps d’échanges avec des élus, comme la sénatrice Sophie Primas (LR) ou le président du conseil départemental Pierre Bédier (LR).

Une démarche plutôt appréciée par les élèves, comme Lauryne et Garance, 14 ans toutes les deux, qui n’avaient « jamais vu » ou approché d’élus. « On a visité le service communication, le cabinet du maire, détaillent les adolescentes du programme proposé. On est allées à l’espace jeunes pour voir les métiers du sport. » Principal-adjoint, Alain Beucherie détaille du dispositif : « Cela s’inscrit dans un cadre pédagogique pour mieux connaître le fonctionnement d’une collectivité, d’une mairie, […] on avait convenu de garder les élèves le matin au collège pour organiser une semaine de l’orientation avec la visite de centres de formation, […] des intervenants. »

Pour le maire de la commune, Fabien Aufrechter (LREM), l’exercice était aussi un peu difficile : « Ça force les agents, les élus à réfléchir à comment on raconte simplement à des élèves de 3e le fonctionnement d’une mairie […]. Il y a les élus, les directeurs de service et tous ceux qui font tourner la machine et c’était assez amusant de les voir comprendre […] comment on peut penser l’urbanisme. » Le fait que l’édile soit un ancien élève est aussi un plus pour Alain Beucherie. « Ça devient concret, ce n’est pas le monsieur qui a une cravate, c’est le monsieur qui a eu Madame Leclerc en espagnol comme eux », sourit-il.

Face au président du Département, les questions sont cependant beaucoup plus pragmatiques. « Est-ce que vous connaissez les sujets du brevet ? », questionne une collégienne. « Ce n’est pas moi qui les ai », sourit Pierre Bédier avant qu’Alain Beucherie ne réponde : « Les sujets ils nous arrivent deux-trois jours avant le brevet, ils sont dans des cartons fermés et dans ces cartons il y a les sujets de maths, de français, on l’ouvre en général dans une classe pour montrer qu’on ne connaît pas les sujets. »