Lors du conseil municipal du 19 avril dernier, la désaffection et le déclassement de parcelles afin de les vendre au promoteur ENP dans le cadre d’un projet immobilier prenant place à l’entrée de ville, au carrefour de l’avenue du Général de Gaulle et du boulevard Sully, a été voté. Une présentation du projet, qui comprend construction de logements, accueil de services publics et déménagement d’une résidence pour personnes âgées a également été faite. Parmi l’opposition, le communiste Marc Jammet a regretté que les habitants n’aient pas été consultés quant au devenir des parcelles de l’ancienne station-service.

« L’idée de cette opération c’est de faire plusieurs opérations en une, expose ainsi le maire, Raphaël Cognet (LR). Un : offrir aux locataires de la résidence pour personnes âgées [des Musiciens] des conditions de vie beaucoup plus dignes que ce qu’ils ont aujourd’hui, deux : permettre le maintien des services publics dans le quartier du Val Fourré et trois :mener des opérations en matière de logements, puisque nous en avons besoin et tout ça avec un immeuble en entrée de ville qui sera le plus joli possible. »

Car dans l’opération, l’actuelle Caf, située rue de la Fontaine, viendrait s’installer en pied d’immeuble. « Si nous ne faisions rien nous aurions le risque de voir partir un certain nombre [de services publics] qui sont aujourd’hui mal installés, appuie l’édile évoquant un possible départ de la Caf du quartier du Val Fourré, si cette nouvelle implantation n’était pas proposée. […] Si la Caf avait foutu le camp, on nous en aurait sûrement tenu rigueur. »

Dans le détail, les bureaux seront construits « à l’Ouest » de l’ilôt sur une surface d’environ 3 430 m², les logements locatifs intermédiaires prendront, eux, place dans la partie centrale sur une surface de 2 530 m² environ. Enfin la résidence pour personnes âgées, située rue Chopin, déménagerait sur la partie Est, sur une surface plancher d’environ 4 027 m² .

« Vous nous sortez de sous les fagots un nouveau projet qui va encore faire la part belle aux promoteurs qui va densifier le Val Fourré, le tout sans aucune concertation avec les habitants », déplore l’opposant du groupe Vivre mieux à Mantes-la-Jolie qui aurait préféré voir un poumon « dans un quartier qui en possède très peu » ou encore la création de ­commerces en pied d’immeubles.

Un précédent projet avait déjà été initié par le promoteur Icade avant d’être finalement abandonné en 2018 « en raison de difficultés de commercialisation », détaille la délibération. Dans le détail, les bureaux seront construits « à l’Ouest » de l’ilôt sur une surface d’environ 3 430 m², les logements locatifs intermédiaires prendront, eux, place dans la partie centrale sur une surface de 2 530 m² environ. Enfin la résidence pour personnes âgées, située rue Chopin, déménagerait sur la partie Est, sur une surface plancher d’environ 4 027 m².

« Nous allons […] voter contre cette délibération en souhaitant qu’enfin les habitants aient la parole et qu’on ne leur dicte pas des choix qu’ils ne partagent pas », conclut Marc Jammet de son intervention. « C’est assez normal quand on parle de construction qu’on confie ça à un promoteur puisque la Ville ne va pas construire elle-même, ce n’est pas son métier », répond Raphaël Cognet, insistant sur le besoin de logements dans le quartier.