Depuis sa rupture en juillet 2020, un habitant de Limay, âgé de 32 ans, noyait son ex-compagne sous les appels, menaçait la vie de ses proches et diffusait ses photos intimes. Mercredi 19 mai, il a été condamné par le tribunal correctionnel de Versailles à 18 mois de prison dont huit mois ferme, comme le rapporte le site 78Actu.

Alors qu’il ne répondait pas aux convocations du commissariat de Mantes-la-Jolie, averti par la plainte de la victime, le Limayen avait finalement été localisé grâce à son téléphone portable et interpellé dans la commune le lundi 17 mai.

Selon nos confères, plus de 24 000 appels et messages passés par le trentenaire à son ex ont été comptabilisés dans le rapport de police. Pour effrayer son ex-compagne, il lui envoyait entre autres des photographies d’armes.

De plus, le prévenu, suivi par près de 64 000 abonnés sur le réseau social Snapchat, diffusait des appels à s’en prendre à son ex et ses proches, comme à ses parents dont il a dévoilé l’adresse. Déjà connu pour avoir émis des appels aux représailles à l’encontre d’un agent de police, le trentenaire a indiqué que ces menaces n’étaient pas à prendre au premier degré.