Le 18 juin dernier, le président du Sénat, Gérard Larcher (LR), s’est rendu dans la commune pour juger de la pertinence du projet de réaménagement et requalification du centre-ville et de la labellisation récente de la commune en tant que Petite ville de demain. Il précise, des bénéfices attendus de ce dispositif : « Une petite ville qui se dévitalise c’est une […] fracture, […] on voit bien qu’il faut repenser l’offre commerciale et l’offre de services non pas à l’extérieur des villes mais dans les villes pour éviter les mobilités excessives. » Le projet prévoit notamment l’installation d’un cabinet médical place de la Libération.

« Ça apporte de l’ingénierie […] et aussi la capacité de développer des études qu’on n’aurait pas les moyens de faire autrement, abonde le maire épônois, Guy Muller (LR). Pour nous d’avoir été labellisé c’est presque une garantie d’aller au bout. » Un dispositif qu’il compte ouvrir à son homologue méziérois, Franck Fontaine (LREM) : « On travaille ensemble […] Lui a obtenu une maison France services et de la même façon qu’il nous rejoint pour Petite ville de demain, on le rejoint, pour la maison France services. »