Le 18 juin, neuf lycéens de divers lycées de vallée de Seine sont venus à la médiathèque Christine-de-Pizan pour assister à un atelier de gestion du stress mené par la coach et formatrice Jennifer Sawczuk et organisé par la directrice du service des bibliothèques de la ville, Cécile Boulet. Le 11 juin, une séance similaire avec le même nombre d’inscrits en raison des jauges sanitaires avait aussi eu lieu. En apprenant aux élèves à reconnaître le stress et à y faire face, le but était de les préparer au grand oral, la nouvelle épreuve du baccalauréat organisée du 21 juin au 2 juillet.

« On s’est dit que le grand oral, en coefficient dix pour certaines filières (en voie générale, Ndlr), cela leur fait une source d’angoisse […] et qui stresse aussi les premières qui sont inscrits [à l’atelier] », déclare Cécile Boulet.

L’examen consiste à présenter une des deux questions préparées en amont et portant notamment sur les spécialités des lycéens avant de parler de leur projet professionnel. « Les profs ne sont pas forcément très bien au courant de comment cela va se dérouler contrairement à ce qu’on nous a vendu en disant qu’on [le] prépare sur deux ans », déplore Louise, en terminale.