Le 24 juin, les manipulateurs radio du centre hospitalier intercommunal Meulan-Les Mureaux (Chimm) ont fait grève devant l’hôpital avec le soutien de la CGT. Ils dénoncent la non-perception de la prime de risque dans les services d’urgence d’Agnès Buzyn, ex-ministre de la santé.

Un communiqué du 16 décembre 2019, disponible sur le site internet du ministère des solidarités et de la santé, indique que cette prime de « 100 euros nets mensuels » versée depuis juillet 2019 est étendue depuis décembre 2019 « à tous les personnels qui consacrent une majorité de leur temps de travail aux services d’urgences, y compris à ceux qui sont rattachés à d’autres unités fonctionnelles comme cela peut être le cas des […] manipulateurs radio ».

« Nous on a plus de 50% de notre temps qui est dédié à la permanence de soins des urgences ! », clame l’un des grévistes. Selon eux, la prime accroîtrait l’attractivité de leur métier dans les hôpitaux publics. « On est en sous-effectifs, affirme l’un d’eux. On est huit mais on a un congé maternité. On est donc plus que sept sur 12. » Tous étaient en grève. La direction du Chimm n’a, elle, pas répondu à nos sollicitations dans les délais impartis à publication.