Son courage a été salué lors de ses deux étapes, à Epône et Mantes-la-Jolie. Partie de Suresnes (Hauts-de-Seine) le 6 septembre, Anne Morelli-Jagu, 75 ans et polyhandicapée, parcourra 110 km en fauteuil roulant avant de se rendre aux plages du Débarquement. « Je fais ça pour sensibiliser les pouvoirs publics au problème du handicap, pour soutenir les patients, ça c’est très important et puis aussi rendre hommage à mes soignants », explique-t-elle.

Elle est accompagnée par le Lions Club de Suresnes. « On s’est rendu compte en faisant le parcours qu’on ne peut prendre que les routes vertes normalement et que les routes vélo c’est une autorisation, […] donc je pense qu’il y a du lobbying à faire pour rendre accessibles les voies vélo aux personnes en situation de handicap », note Martine Bejot, coordinatrice au Lions Club.

« Votre action humaine et solidaire favorise un regard qui change doucement, au-delà des préjugés », a indiqué le maire d’Epône, Guy Muller (LR), en lui remettant la médaille de la Ville. « Cette sensibilisation au quotidien elle est nécessaire, elle est indispensable, on souhaite que ça porte ses fruits », appuie Gilles Brard, ­président du Lions Club mantais.