Devant une quinzaine de Chantelouvais réunis en mairie le 19 octobre, la maire Catherine Arenou (DVD) a présenté le nouveau visage que devrait revêtir le parvis de l’hôtel de ville au cours de l’année 2022. La démolition de l’ancien bar Le Relais permet en effet de créer un nouveau parking et d’ouvrir la place de la mairie.

Elle permet la création d’un accès piéton et d’un parvis pour le groupe scolaire Pasteur-Marie Curie. Pour l’édile, il s’agit d’une première étape que pourraient venir compléter d’autres aménagements afin de faire vivre le centre-ville. Plutôt satisfaits, les riverains ont regretté que le projet n’apporte pas plus de places de stationnement. « Le projet a comme vocation première d’aérer et de créer une véritable place devant l’hôtel de ville et d’autre part de sécuriser les entrées et sorties des écoles Pasteur et Marie Curie », détaille des attendus, Catherine Arenou.

La Ville a acheté le bâtiment pour 480 000 euros. « Je vous rappelle que si la Ville s’est portée acquéreur de ce bâtiment, c’était dans le cadre de la lutte contre les marchands de sommeil, fait-elle savoir. […] Une fois qu’on est devenus propriétaires, l’étude a été faite pour savoir si ce bâtiment était réhabilitable. Or le coût de la réhabilitation du bâtiment, sans avoir du tout de sécurité, parce que c’est le problème de ces bâtiments anciens était presque le double du montant de l’achat. »

La démolition a été privilégiée pour « ouvrir la place de la mairie sur une vraie place de la mairie, […], et surtout de sécuriser et végétaliser, […] et d’assurer un confort d’accès aux parents d’élèves, aux enseignants et aux enfants », poursuit-elle. « Ça va nous éviter de courir déjà pour déposer le grand en élémentaire, courir aussi en maternelle pour récupérer la petite, appuie une mère de famille. […] Sachant que de l’autre côté, rue des Gatriaux, les voitures se garent un peu comme elles veulent, c’est hyper dangereux. »

Une Chantelouvaise pointe le nombre de places de stationnement qu’elle estime insuffisant : « Ce que je trouve un peu dommage, […] c’est qu’il n’y ait que deux places supplémentaires, pour les commerces [ce n’est pas terrible]. » Catherine Arenou, assume, elle, le « parti pris » car « un parking ce n’est pas une place de mairie ». Mais précise qu’une partie de la place pourra être mise à disposition du restaurant situé à l’angle de la rue Pissefontaine pour en faire une terrasse. Pour l’animer, l’élue envisage également la création d’un mini-marché : « On a déjà un poissonnier qui serait partant, un charcutier qui serait aussi partant pour venir s’installer. »